Au fil de nos «lettres»,
Christophe Gallaz,
constituant, chroniqueur et écrivain,
nous entraîne dans un feuilleton
imaginaire et poétique.

Etre ou ne pas être, 
telle est la question ...

Au théâtre du présent et du futur

On croit que Shakespeare reste à jamais l'unique signataire de quelques interrogations cardinales sur notre condition d'humains. Celle-ci, bien sûr: sommes-nous, ou ne sommes-nous 
pas? Ou celle-ci: le pouvoir politique peut-il être l'affaire de tous, ou ne restera-t-il fatalement qu'aux mains de quelques-uns – dès lors rompus aux ruses, et par conséquent 
corrompus?

On croit, mais on se trompe. Shakespeare n'est désormais plus seul.

De Stratford-sur-Avon à Lausanne, les méditations cruciales se sont rejointes. Qu'a fait le Grand Conseil vaudois, en décidant qu'une Constituante élaborera le texte d'une nouvelle Charte cantonale? Il a mis en œuvre, grâce à l'invention de ce Double légèrement décalé, une tension psychodramatique soutenue: alors que les députés souhaiteraient constamment le maintien des Constituants dans cesse d'y déposer son masque, puis de le reprendre pour mieux observer ses voisins. Les députés au Grand Conseil jaugent d'un œil attentif les limites de leur propre image 
et de leur propre mental, ceux-ci ne cesseraient de vouloir se forger, au contraire, l'identité la 
plus exclusive.

l'imprévisible Altérité constituante qu'ils se sont donnée, pendant que cette dernière évalue l'héritage de la Patrie sans précautions œdipiennes excessives, et s'imagine au futur par le moyen de son ambassade juvénile – qui prend connaissance, elle, de l'Histoire et de la mémoire. Le théâtre, autrement dit la vie. To be or not to be? Le Grand Will s'amuse.

Le processus s'est depuis lors déployé. Suivant une idée débattue par le Grand Conseil, qui avait médité la création de deux Chambres constituantes consultatives (celle "des étrangers" et celle "des jeunes") pour leur demander d'enrichir la réflexion des Constituants, ceux-ci se sont à leur tour inventé, en effet, leur élément de Double décalé: une vingtaine de jeunes gens, évidemment volontaires, provenant des écoles professionnelles et des gymnases du canton, qui 
seraient chargés de leur représenter les "exclus du scrutin" pour motif d'âge.

Ainsi Shakespeare peut-il aujourd'hui regarder, à distance et par-delà quatre siècles, une 
scène prodigieuse. Admirez-la. 
Chacun de ses protagonistes ne cesse d'y déposer son masque, puis de le reprendre pour mieux 
observer ses voisins. Les députés au Grand Conseil jaugent d'un œil attentif les limites de leur propre image et de leur propre mental, ceux-ci ne cesseraient de vouloir se forger, au contraire, l'identité la plus exclusive. 
l'imprévisible Altérité constituante qu'ils se sont donnée, pendant que cette dernière évalue l'héritage de la Patrie sans précautions œdipiennes excessives, et s'imagine au futur par le moyen de son ambassade juvénile – qui prend connaissance, elle, de l'Histoire et de la mémoire. Le théâtre, autrement dit la vie. To be or not to be? Le Grand Will s'amuse. 

Christophe Gallaz