Au fil de nos «lettres»,
Christophe Gallaz, constituant,
chroniqueur et écrivain, nous
entraîne dans un feuilleton
imaginaire et poétique.
Le Président

Tout juste lancée dans ses travaux, la Constituante observa qu'elle devrait s'interroger avec intensité sur la notion d'autorité. Le canton serait-il gouverné par un Exécutif dont chacun des membres, selon les mises en pratique locales de la démocratie, ne cesserait de se déchirer entre ses aspirations tutélaires à la pénombre collégiale et son besoin narcissique d'être enfin repéré pour lui-même? Ou faudrait-il instituer au sommet de l'organigramme politique quelque chose de fort et de synthétique, apte à répondre aux défis mobiles de l'avenir - un Président majuscule, disons?

Le dilemme écartela les intelligences au sein de l'assemblée. Elle-même s'était équipée de trois coprésidents dont le fonctionnement était apparu sans tarder comme celui d'un bon moteur alternatif. Mais on ne gère pas les travaux d'une masse quasi parlementaire comme on gère le destin d'une population fière et sauvage telle que les Vaudois, cinglés par les tourbillons de la modernité, la constitueraient progressivement au cours du XXIe_siècle.

L'hypothèse du Président majuscule commença donc par poindre, et finit par essaimer largement dans la Constituante. Ne fallait-il pas en finir, entre Villeneuve et Concise, avec ce qu'on pourrait nommer le culte de l'atermoiement différé par excès de compromis? On voulait un homme fort au Gouvernement! Ou peut-être une dame, bien sûr. Aussitôt l'enthousiasme regagna tous ceux qui méditaient le thème. La percée conceptuelle était faite. Elle allait s'avérer décisive.

On entreprit en effet de la mettre en discussion générale, voire en débat détaillé. On créa toutes les commissions requises par la complexité des évaluations à conduire, qui s'articulèrent elles-mêmes en toutes les sous-commissions jugées nécessaires, dont plusieurs se virent confier la tâche de procéder aux consultations souhaitables auprès de toutes les associations publiques et privées dont on pouvait supposer qu'elles formeraient un réceptacle suffisamment représentatif de l'opinion dans son ensemble autant que dans ses sous-secteurs, y compris les plus subreptices.

Enfin le verdict tomba. Nous vous en informerons ultérieurement.