Madame et Messieurs de la Co-présidence,
Mesdames et Messieurs du Comité et des Commissions,
Mesdames et Messieurs les Présidents des groupes politiques,
Chers Collègues,

Le peuple a élu une Assemblée constituante dans laquelle figure un nombre confortable d'appelés non-parlementaires. L'idée, intéressante, de produire une version zéro aurait certainement permis à ces derniers d'apporter quelques propositions extérieures au monde politique afin de susciter une réflexion différente dans le but, qui sait, d'enrichir le projet. Au lieu de cela, les habitués de la politique ont immédiatement pris les choses en main en intervenant, à mon avis, d'une manière beaucoup trop formelle sur les premiers textes mis en discussion. Bref, on serre déjà les boulons quand bien même nous savons tous que le droit de retouche sera amplement utilisé dans les versions suivantes.

A ce stade des travaux (à peine 4 articles pour deux journées pleines de travail), ne serait-il pas encore temps de corriger le tir en revenant à l'esprit d'une version zéro? Les constituants doivent se faire confiance et savoir que s'ils acceptent une ligne encore générale, ils auront tout loisir de revenir sur le projet en proposant, le moment venu, des textes bien plus précis où chaque mot aura enfin son importance. Mais pour cela, il faut se mettre d'accord sur la méthode. Raison pour laquelle je suggère aux représentants du Comité, des Commissions faîtières ainsi qu'aux Présidents des groupes politiques de profiter des deux semaines de battement avant la prochaine Assemblée pour mettre au point cette formule de travail qui pourrait dès lors être proposée aux constituants lors de l'ouverture de la plénière de Château d'Oex. Qu'en pensez-vous?

Arriver rapidement à une première ébauche serait très sain pour tout le monde, y compris pour le public qui verrait là une occasion de sentir avancer le projet vers sa solution définitive.

En vous remerciant pour l'attention que vous voudrez bien accorder à cette requête, je vous prie d'agréer, Chers Collègues, mes salutations distinguées.

Laurent Desarzens, AGORA

PS ce message étant adressé en copie à tous les constituants "branchés", pourquoi ne pas engager un b