Subject: Site de l'Appel
To: dominique.renaud@swissonline.ch
From: marie-antoinette.desgraz@ssp.vd.ch
Date: Tue, 28 May 2002 10:53:20 +0200
X-MIMETrack: Serialize by Router on PBC_DMZ04/externe-VD(Release 5.0.8 |June 18, 2001) at
 05/28/2002 10:54:45 AM
X-MIME-Autoconverted: from quoted-printable to 8bit by mail.swissonline.ch id g4S8rMc21453

de la part du Dr Jean Martin - médecin cantonal


Cher Dominique,

A toutes fins utiles (en te suggérant, si tu le penses approprié, de l'inclure au Site de l'Appel), je te mets un texte sur la signification du vote du 17 mai 2002 à Échallens, marqué par une très large majorité.

Comme tu peux l'imaginer, j'entends m'engager au côté de Roger Nordmann et d'autres dans le cadre du mouvement qu'ils lancent "Oui à la Nouvelle Constitution".

Nous nous verrons peut-être le 3 juin prochain.

Avec mes amitiés.

Jean Martin


La Constituante a terminé son travail
A propos de la signification de son vote final

Le 17 mai à Échallens, l'Assemblée Constituante a mis un terme à ses travaux de trois ans, en adoptant un texte de 180 articles qui devrait, si le peuple lui donne son assentiment, remplacer celui, combien moins complet et pertinent au vu de la vie d'aujourd'hui, de 1885.


Le résultat a été le suivant: 84% de oui, 10% de non, 6% d'abstentions.

Que dire devant un tel score, notamment dans l'optique de la votation populaire du 22 septembre 2002?

Par leurs contacts au sein des arrondissements et de multiples manières dans les villes et villages, les Constituants sont conscients du fait qu'il y a parmi leurs concitoyens des avis divergents, voire des oppositions à propos d'un ou plusieurs articles. Les Constituants respectent ces opinions; ils n'ont aucune prétention à être parfaits ou omniscients. Toutefois, ils sont des citoyennes et citoyens de bonne foi, ont été élus par le peuple et ont donné le meilleur d'eux-mêmes au cours des travaux de la Constituante. Et ce qu'ils souhaitent vivement, c'est qu'avant de se déterminer définitivement, chacun prenne la peine d'examiner, dans une perspective globale, l'ensemble du texte qui a été rédigé.

Ainsi que cela a été relevé par pratiquement tous les porte-parole des groupes politiques le 17 mai lors de la 50ème et ultime séance plénière, une Constitution ne saurait être bonne si elle convenait, par hypothèse, parfaitement à un secteur de l'éventail politique et pas du tout à un autre secteur. Il doit s'agir d'un document de consensus, attentif à équilibrer les droits, le cas échéant les devoirs et les aspirations de l'entier de la collectivité. C'est pourquoi on doit souhaiter que ceux qui prendront la peine de se pencher sur ce projet ne concluront pas, en découvrant tel élément qui leur déplaît, que les Constituants se sont grossièrement fourvoyés pendant trois ans. Une fois encore, personne n'est parfait et notre Assemblée ne l'était pas; mais ce serait un désaveu lourd de ceux qui ont été élus démocratiquement en février 1999 que l'addition des insatisfactions mène à l'échec devant le peuple. Ce ne serait pas, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, une victoire de la démocratie; ce serait le rejet d'un travail approfondi fait dans la recherche de l'intérêt général. Rappelons enfin que, si l'issue du scrutin était négative, tout ce travail serait mis aux oubliettes, aucune modalité d'un éventuel second scrutin n'étant prévue.

Dr Jean Martin, Constituant, Échandens