Compte rendu

Réunion du comité cantonal du 17 janvier 2002

La séance du comité du 17 janvier 2002 s'est tenue en présence de 28 personnes, sous la présidence de Anne-Catherine Menétrey.
Les prises de position sur les deux sujets soumis en votations féférales le 3 mars ont été les points importants.

Au cours de la discussion sur l'initiative populaire « Pour l'adhésion de la Suisse à l'ONU », il est souligné que la Suisse est déjà bien intégrée dans l'ONU, dans ses institutions annexes, elle finance déjà nombre de travaux. Présents mais sans droits, nous sommes en quelque sorte les « papiers papiers » de l'ONU!

Si des voix s'élèvent pour critiquer certains aspects du fonctionnement de l'ONU et souhaiteraient que les Verts ne donnent pas de recommendation de vote, nombreux sont les membres présents qui pensent qu'une position abstentionniste reviendrait à cautionner l'ONU actuelle. Il faut différencier l'ONU de son fonctionnement. A terme, une évolution positive est possible, aussi bien du côté de l'ONU que de celui de la politique de la Suisse. Il est même proposé de réfléchir à la possibilité d'élire les représentants suisses à l'ONU.

Lors du vote, l'initiative populaire « Pour l'adhésion de la Suisse à l'ONU » est acceptée par 24 voix et 2 abstentions.

Document: Intervention au Conseil national de Anne-Catherine Menétrey

Les parlementaires Verts ont soutenu l'initiative populaire « Pour une durée de travail réduite ». La Suisse est le pays d'Europe où l'on travaille le plus, bien que la productivité des travailleurs ait fortement augmenté au cours des dernières années, avec pour corollaire un accroissement des phénomènes de stress et de maladies liées.
Avoir plus de temps libre pour les activités non rémunérées, pour les activités sociales et politiques, plus de temps à consacrer à sa famille, plus de loisirs et de temps libre, tout cela participe à l'amélioration de la qualité de la vie, une amélioration qui ne passe pas uniquement par l'augmentation de la consommation! Cette initiative rejoint une revendication "historique" des Verts en faveur d'une diminution du temps de travail.

Lors du vote, l'initiative est acceptée par 25 voix et une abstention.

La fin de la soirée est consacrée au problème de l'évolution du projet de Constitution, qui parait de plus en plus négative, même si, comme le soulignent certains, il y a quand même des points positifs. Mais dans l'ensemble, la version qui va résulter de la deuxième lecture montre un retour en arrière inquiétant : la suppression des droits de recours pour les associations ou le mode d'élection du gouvernement figurent parmi les points importants.

De nombreuses oppositions sectorielles et partisanes se font jour et risquent de conduire à un refus de l'ensemble. De plus les conditions de travail deviennent difficiles du fait des oppositions gauche-droite lors des votes. L'esprit de l'« Appel pour une constitution qui ait du souffle ! » initié par les Verts a disparu pour faire place à une "reprise en main" par les appareils de partis.

Il est proposé qu'une Assemblée générale spéciale soit convoquée pour discuter de la prise de position des Verts sur le texte issu de la deuxième lecture.

Rappelons que les comités dit « élargis » sont ouverts à tous les membres et qu'ils y sont les bienvenus. Les comités cantonaux habituels sont aussi ouverts aux personnes qui souhaitent y assister, en qualité d'invité. Nous les prions de bien vouloir l'annoncer au secrétariat.


Notes rédigées par Jean-Claude Mermilliod
Le 15 février 2002.