To: "Crettaz Francine" <francine.crettaz@chancellerie.vd.ch>,
   Abbet Raphaël (Télécopie bureau) <IMCEAFAX-Abbet+20Rapha+EBl+4006163828@chancellerie.vd.ch>,
   "Amstein Claudine (Adresse de messagerie)" <amstein@cvi.ch>,
   Athanasiadès Jean (Télécopie domicile) <IMCEAFAX-Athanasiad+E8s+20Jean+4000217911593@chancellerie.vd.ch>,
Cc: "Pernet" <jpernet@vtx.ch>
Subject: Re: Séance du 15 mars 2002

Chers amis Constituants,

Pas trop spécialiste du 'net', je me permets d'utiliser le 'cadre' que notre
dévoué secrétariat nous envoie régulièrement pour vous faire part de ce qui
suit :

Concerne : demande de réouverture du préambule! (vous avez reçu le nouveau texte dans les courriers électroniques de vendredi passé)


Voici les raisons pour lesquelles je soumets cette demande à votre sagacité:

La séance du 1er février m'a laissé un sentiment d'inachevé. Notre 2ème
lecture était dans sa dernière heure et les vacances  - bien méritées -
étaient à la porte. Je reste persuadé que l'amendement Loi-Zedda  - qu'il
venait malheureusement de modifier en dernière minute sans que nous
puissions l'étudier auparavant - aurait dû plaire à la majorité. Il
reprenait en effet les
valeurs intégrales de la 1ère lecture et rajoutait la dimension divine.

C'est pourquoi, avec Mme Ruey-Ray, nous vous demandons la réouverture de ce
préambule.
Notre demande vise aussi à ajouter au texte existant, à la dernière
ligne, avant  "se donne la Constitution suivante", ces quelques mots pour
donner un sens plus profond à nos travaux : "conscient de ses
responsabilités devant Dieu et les hommes".

Et pourquoi ?

Un préambule n'est pas (ne devrait pas être) une déclaration politique, mais
bien une déclaration philosophique, large. Le texte voté en 1ère lecture
avec l'ajout que nous vous soumettons a le mérite de tenir compte de toutes
les sensibilités exprimées 'philosophiquement' durant nos travaux, à savoir:

1) la Création avec un grand C, c'est-à-dire la terre où nous vivons avec
ses réalités et particularités physiques et métaphysiques
2) les générations futures, c'est-à-dire le soucis que nous avons quant à
'notre projection' et à ce que laisserons à nos descendances
3) Dieu et les hommes, pour ceux qui croient à plus qu'une simple Création,
mais aux valeurs liées aux réalités divines et à nos origines.

Alors pourquoi, chers amis Constituants, priver l'un ou l'autre d'entre-nous
du plaisir de se  'retrouver'  dans  'notre'  Constitution ?
Je suis intimement convaincu que la Création et Dieu ne sont pas identiques
puisque le premier est subordonné au deuxième, la tâche des hommes étant
de la 'gérer'!
C'est pourquoi notre texte devrait aussi inclure cette dimension !

Si vous êtes d'accord avec l'idée émise ci-dessus, je vous serais
reconnaissant de voter la réouverture.

Avec mes meilleurs messages, et .... à vendredi.

Jacques Pernet

PS.  Considérant ce préambule comme apolitique, je serais très gêné si sa
ré-ouverture donnait le prétexte à en  'négocier'  d'autres !