Liste des bulletins des séances plénières pour les consulter En construction En construction
Consultez la version Acrobat.pdf bu010629.pdf
logo noir de la Constituante
Retrouver les articles traité en séance:
propositions, amendements et sous-amendements liés aux articles adoptés 

Bulletin   de   séance

Procès-verbal de la séance du 15 juin 2001

Galerie du jour


Cliquer sur la page que vous voulez consulter:
top    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    11 12 13 14 15 16 17 18 19 20    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30    31 32 33 34 35 36 37 38 39 40    41 42 43 44 45 46 47 48 49 50   51 52 53 54 55 56 57 58 59 60   61 62 63 64 65 66 67 68 fin
Pour revenir presser la touche Précédent (Back) ou sur une des balises top
N° et Date de la Séance N° 30 du 15 juin 2001
Lieu Salle du Grand Conseil
Présidence de Monsieur Jean-François Leuba

Déroulement des débats

top


Secrétariat: place du Château 6, 1014 Lausanne, Tél. 021 316 41 55, fax 021 316 41 50 B u l l e t i n d e s é a n c e Annexe N° et date de la Séance N° 30 du 15 juin 2001 – Annexe concernant le traitement du rapport de la Commission de rédaction Lieu CHUV, aula César Roux Présidence de Monsieur Jean-François Leuba Déroulement des débats Accueil et communication d’ordre général et autres points de l’ordre du jour (voir document principal) ....................................................................................5

Commission de rédaction – Rapport titre par titre – Présentation et discussion .5
Titre I Dispositions générales ..............................................................................6
Article 1 – Statut du Canton ................................................................................6
Articles 7 et 8 – Principes....................................................................................7
Titre II Droits et devoirs de la personne ............................................................12
Article 13 – Protection des enfants et des jeunes ..............................................12
Article 33 – Naturalisation et droit de cité ........................................................13
Article 35 – Liberté économique .......................................................................14
Article 42 – Devoirs et responsabilités..............................................................15
Titre III Tâches et responabilité de l’État et des communes .............................16
¨ Chapitre 1 Principes...................................................................................16
¨ Chapitre 2 Justice, médiation et sécurité....................................................17
Article 46 –Médiation privée et administrative .................................................17
¨ Chapitre 3 Enseignement et formation ......................................................18
Article 48 – Enseignement de base....................................................................18
¨ Chapitre 4 Patrimoines, culture et sport.....................................................20
¨ Chapitre 5 Environnement, énergie, aménagement du territoire, transports et communications.............................................................................................20
¨ Chapitre 6 Economie et agriculture ...........................................................20
¨ Chapitre 7 Protection sociale et santé ........................................................21

Article 64 – Prévention de l’exclusion et réinsertion ........................................21
Article 67 – Jeunesse .........................................................................................22
¨ Chapitre 8 Aide humanitaire et coopération au développement ................23
¨ Chapitre 9 Responsabilité de l’État et des communes ...............................23
Titre IV Le peuple .............................................................................................23
¨ Chapitre 1 Droits politiques .......................................................................23
¨ Chapitre 2 Elections...................................................................................23
¨ Chapitre 3 Initiative, référendum et motion populaires .............................24
¨ Chapitre 4 Participation à la vie politique..................................................25
Intitulé du chapitre.............................................................................................25
Article 86 – Formation civique..........................................................................27
Titre V Autorités cantonales..............................................................................29
¨ Chapitre 1 Autorités cantonales .................................................................29
Titre V Autorités cantonales..............................................................................29
¨ Chapitre 2 Grand Conseil...........................................................................29
Article 105 – Immunité .....................................................................................29
¨ Chapitre 3 Conseil d’État...........................................................................30
Article 119 – Election du Conseil d’État...........................................................30
¨ Chapitre 4 Tribunaux .................................................................................30
Titre VI Régime des finances ............................................................................31
¨ Chapitre 1 Règles de fonctionnement ........................................................31
¨ Chapitre 2 Cour des comptes .....................................................................31
¨ Chapitre 3 Participations............................................................................31
¨ Chapitre 4 Fiscalité et péréquation intercommunale..................................32
Article 151 – Fiscalité .......................................................................................32
Titre VII Communes et districts ........................................................................33
¨ Chapitre 1 Communes................................................................................33
Article 157 – Surveillance par l’État .................................................................33
Article 163 – Composition du conseil général ..................................................34
Article 172 – Principes (Fusion de communes).................................................35
Article 160 – Incompatibilités ...........................................................................36
¨ Chapitre 2 Collaborations intercommunales et agglomérations ................38
¨ Chapitre 3 Districts ....................................................................................38
Titre VIII Autres institutions .............................................................................38
¨ Chapitre 1 Eglises et communautés religieuses .........................................38
¨ Chapitre 2 Vie associative et bénévolat .....................................................38
Titre IX Révision de la Constitution..................................................................39
Titre X Dispositions transitoires et finales ........................................................39
Avant-projet de Constitution – Vote d’ensemble ..............................................39

La séance est ouverte à. 9 heures.

Sont présents:

M mes et MM. Abbet Raphaël, Amstein Claudine, Athanasiadès Jean, Aubert Josiane, Baehler Bech Anne, Balissat Jean, Bavaud Adrien, Benjamin Samy, Berger Cécile, Berney Michel, Bielman Anne, Blanc Eric, Bolinger Anne-Marie, Bory Marc-André, Bory-Weber Dominique, Bouvier Denis, Bovay Judith, Bovet Fred-Henri, Bovet Daniel, Bovon-Dumoulin Martine, Braissant Rénald François, Brélaz Daniel, Bron Jacques-Henri, Buffat Michel, Buhlmann Gérard, Bühlmann Willy, Burnet Olivier, Burnier-Pelet Thérèse, Burri Marcel, Carnevale Eliane, Chapuis Allegra, Charotton Georges, Chatelain André, Cherix François, Cohen-Dumani Marcel, Conod Philippe, Cornu Pierre-Alain, Cornu Claire-Lise, Cossy Samuel-Henri, Cruchon Raoul, Cuendet Maria-Chrystina, De Haller Jean-Claude, De Luze Charles-Henri, De Mestral Laurent, De Souza-Kohlbrenner Regula, Delay Elisabeth, Dépraz Alex, Desarzens Laurent, Dessauges Pascal, Dubois Jean-Paul, Dufour Etienne, Dufour Denyse, Fague Sébastien, Farron Pierre, Favre-Chabloz Raymonde, Galeazzi Rebecca, Gallaz Christophe, Garelli Stéphane, Ghiringhelli Charles-Pascal, Gindroz André, Girod-Baumgartner Christine, Glauser Alice, Goël Yves, Gonthier Alain, Gonvers Olivier, Goy-Seydoux Louis, Grin Nicole, Gross-Fonjallaz Nicole, Guignard Françoise, Guy Joël, Haldy Jacques, Henchoz Pierre, Henchoz-Cottier Martine, Henry Philippe, Hermanjat Pierre, Jaeger Odile, Jaggi Yvette, Jaton Nathalie, Jemelin Mireille, Jomini Viviane, Jordan Andreane, Jufer Nicole, Kaeser-Udry Danielle, Keller Pierre, Keshavjee Shafique, Kulling Jean-Pierre, Labouchère Catherine, Le Roy Jean, Lehmann Pierre, Leuba Jean-François, Linder Sandra, Loi Zedda Fabien, Luisier Christelle, Lyon Anne-Catherine, Mages Roland, Maillefer Denis-Olivier, Martin Bernard, Martin Jean, Martin Laurence, Martin Marie-Antoinette, Masson Stéphane, Mayor Philippe, Millioud Jean-Pierre, Morel Charles-Louis, Morel Nicolas, Nicod François, Nicolier Yvan, Nordmann Roger, Nordmann Philippe, Oguey Annie, Ostermann Roland, Payot François, Pellaton Berthold, Perdrix René, Pernet Jacques, Perrin Jeanne-Marie, Piguet Jean-Michel, Pillonel Cédric, Piot Christine, Pittet Jacqueline, Pradervand Jean-Claude, Rapaz Olivier, Rebeaud Laurent, Recordon Luc, Renaud Dominique, Reymond Antoine, Richard Claire, Rochat-Malherbe Paul, Rodel Marilyne, Roulet Catherine, Roulet-Grin Pierrette, Ruey-Ray Elisabeth, Saugy-Anhorn Nathalie, Schmid Charles, Schneiter Robert, Schwab Claude, Streit Adrien, Thévoz Francis, Tille Albert, Troillet Roland, Vincent Martial, Volluz Françoise, Voruz Eric, Voutaz-Berney Eveline, Wehrli Laurent, Weill-Lévy Anne, Winteregg Michel, Wiser Henri, Yersin-Zeugin Ruth, Ziegler Geneviève, Zisyadis Josef, Zuercher Magali, Zwahlen Jacques (153).

Sont absents:

M mes et MM. Bovy Samuel, Bühler Michel, Chollet Jean-Luc, Colelough Philippe, Crisinel François, Desmeules Michel, Freymond-Bouquet Monique, Haefliger Sylviane, Holenweg Rouyet Anne, Humair Louis, Jaillet Gérard, Lasserre Colette, Mamboury Catherine, Mamin Henri, Margot François, Marion Gilbert, Martin Marie-Hélène, Salamin Michel Lauréane, Wellauer Pierre-Olivier, Wettstein-Martin Irène (20).

Se sont excusés:

M mes et MM. Boillat Jean-Pierre, Gorgé Marcel, Hunkeler Pierre, Moret Isabelle, Ormond Anne, Pittet François, Vallotton Jacques (7).

Accueil et communication d’ordre général et autres points de l’ordre du jour (voir document principal)

Commission de rédaction – Rapport titre par titre – Présentation et discussion

F Jean-François LEUBA

Voilà. Mesdames et Messieurs, nous avons terminé ainsi le chiffre 5 de notre ordre du jour et en même temps fait le tour complet des projets constitutionnels. Il nous reste maintenant à aborder le texte de la commission de rédaction. J'aimerais faire quelques communications pour que chacun comprenne bien le sens de la discussion que nous allons avoir maintenant. Puis-je prier mes deux coprésidents de se déplacer un petit peu, pour laisser la place à la présidente de la commission de rédaction. Tout d'abord, je tiens à préciser qu'il ne s'agit pas de deuxième débat. Il ne s'agit donc pas de reprendre position sur le fond, sur les questions qui ont été décidées en premier débat. Il s'agit simplement – et j'insiste là-dessus – de savoir si la commission de rédaction a bien rendu le texte qui a été adopté en premier débat, c'est-à-dire les intentions de la Constituante lors du premier débat. Est-ce que les intentions de la Constituante telles qu'elles ressortaient du premier débat ne sont pas modifiées ? Telle est la question qui se pose. Il peut y avoir un certain nombre de critiques à faire au texte de la commission de rédaction. S'il s'agit de critiques qui sont de pure forme – en ce sens qu'on a oublié un mot, on a fait une faute d'orthographe, on a mis une ponctuation au mauvais endroit sans que cela concerne le fond –, je prie les constituants qui auront remarqué ces imperfections de les communiquer directement à la présidente de la commission de rédaction. On les corrigera sans avoir l'aval de l'Assemblée, mais je crois que s'il y a une faute d'orthographe, il n'y a pas besoin de l'aval de l'Assemblée pour la corriger, à moins que des puristes estiment qu'il y a des orthographes qui peuvent se discuter. De même, s'il y a des améliorations formelles – et il y en a certainement – à apporter au texte de la commission de rédaction, je les considère comme des suggestions qui doivent être faites à la présidente de la commission de rédaction, qui en tiendra compte dans les versions ultérieures. En effet, c'est seulement la troisième catégorie, c'est-à-dire des propositions de la commission de rédaction qui apparaîtraient trahir la volonté de la Constituante qui font l'objet des amendements qui vont être discutés maintenant. Est-ce qu'on est bien au clair et bien d'accord sur cette manière de procéder ? Il est clair que la commission de rédaction n'a pas achevé son travail. Elle continuera à suivre les travaux de la Constituante. Elle se réserve également pendant l'été de travailler sur les textes, même les textes qui seront adoptés pour la consultation, et de faire au moment du débat un certain nombre d'observations, que ce soit de structure ou de rédaction, qui pourront nous être utiles lors du deuxième débat pour essayer d'avoir un texte tout de suite propre lors du deuxième débat. Lors du deuxième débat – la question m'a été posée –, on pourra soit proposer des amendements, soit supprimer des articles, soit ajouter des articles si on veut créer de nouvelles institutions, par exemple. Tout sera ouvert au deuxième débat, ce n'est pas maintenant l'objet de la discussion. Je crois que j'ai fixé le cadre clair de notre discussion si nous voulons pouvoir terminer dans des délais raisonnables et faire un travail sérieux sans couper les cheveux en quatre. J'aimerais encore ajouter ceci: je me propose de travailler de la manière suivante. Je prendrai les textes chapitre par chapitre. Je donnerai tout d'abord la parole à la présidente de la commission de rédaction parce que si elle admet dans un chapitre l'amendement, évidemment celui qui a fait l'amendement n'aura pas besoin de le développer. Je demanderai s'il y a une opposition. S'il n'y a pas d'opposition, la proposition sera considérée comme acceptée. Ensuite je ferai voter les textes chapitre par chapitre, étant entendu que ça n'implique pas l'adoption de tout ce qui est dans le chapitre sur le fond. Ce n'est pas une adoption de fond, c'est une pure adoption de forme, de dire, on est d'accord maintenant avec ce chapitre, on le boucle et on peut l'envoyer en consultation. On est d'accord, non pas sur le fond, mais sur le texte qui correspond au texte du premier débat. Après chaque chapitre, on procédera à un vote. Je demanderai d'abord si quelqu'un s'oppose à l'adoption. Si personne ne s'oppose à l'adoption, nous considérerons que le texte est adopté. Sitôt que quelqu'un s'opposera à l'adoption, on fera un vote, c'est tout à fait évident. Est-ce qu'on est d'accord avec les règles du jeu ? Je crois qu'ainsi nous avancerons rapidement et correctement.

Titre I Dispositions générales

F Anne-Catherine LYON

Nous avons ici trois amendements pour ce titre 1, deux que vous avez reçus et un amendement de M. Ostermann sur l'article 8. Concernant l'amendement de M. Bouvier par rapport à l'intitulé de notre article 1, "Statut du Canton", nous n'avons pas modifié cet intitulé par rapport à ce que nous avions adopté en plénière. Cette proposition de changement d'intitulé reflète bien le contenu de l'article puisqu'en effet on parle de République. Cependant, je crois que cette question a fait l'objet d'un vif débat dans la commission 1. Aussi, pour éviter maintenant la reprise de ce débat, je propose que vous acceptiez la proposition de la commission de rédaction, à savoir indiquer "Statut du Canton" comme intitulé de cet article, mais que nous reprenions la discussions sur cet intitulé lors du deuxième débat. Voilà ma proposition.

Article 1 – Statut du Canton

F Jean-François LEUBA

Je crois qu'il faudrait les prendre l'un après l'autre. M. Bouvier se rallie-t-il ou veut-il la discussion immédiatement sur sa proposition ? Vous êtes libre. C'est la liberté que vous assure, à défaut de la Constitution, du moins le règlement de notre Assemblée. F Denis BOUVIER Je n'avais pas envisagé les choses tout à fait ainsi parce que la modification – ou l'adjonction – que je propose n'est pas cosmétique et personne n'a fait état dans les débats que nous avons eus de ce problème-là. Je suis prêt à entamer maintenant une discussion en vous présentant mon point de vue. Si vous estimez dans votre majorité qu'on le fera en deuxième débat, alors on l'inscrit au deuxième débat et je me rallierai à votre avis, mais avec la promesse que je reviendrai devant vous sur cet objet.

F Jean-François LEUBA

Bien, c'est une déclaration... est-ce que vous m'autorisez à dire qu'elle est un peu ambiguë ? Vous souhaitez la discussion maintenant ou vous la souhaitez en deuxième débat ? Vous l'aurez en deuxième débat. F Denis BOUVIER Je laisse l'Assemblée décider si elle souhaite maintenant ce débat. Simplement je suis prêt à ce débat. Si vous trouvez que vous avez d'autres choses à traiter aujourd'hui, traitons-les. Je laisse l'Assemblée décider.

F Jean-François LEUBA

Je prends cette proposition comme une motion d'ordre. On la discute maintenant ou on la discute ultérieurement. Est-ce que la motion d'ordre de M. Bouvier qui consister à discuter tout de suite – parce qu'il faut bien choisir une des deux hypothèses – est soutenue par vingt membres ? Il semble qu'elle n'est pas soutenue. Par conséquent, M. Bouvier, nous vous attendons au deuxième débat. F Denis BOUVIER Je vous donne rendez-vous au deuxième débat, merci. Décision article 1: l’amendement Bouvier qui propose de modifier l'intitulé de l’article 1 « Statut du Canton » par « Statut de la République et Canton de Vaud » et, par analogie, le titre général du texte, est reporté au deuxième débat. Articles 7 et 8 – Principes

F Jean-François LEUBA

Tout à fait. Il y a ensuite, à l'article 7, un amendement du groupe Radical. Madame la présidente de la commission.

F Anne-Catherine LYON

Concernant cet amendement, un tout petit rappel. Notre commission propose de scinder l'article "Principes généraux" en deux articles. Sous "Principes fondamentaux" nous avons mis les alinéas qui concernaient des domaines ou des principes qui ont une valeur normative reconnue, et nous avons mis sous "Autres principes" les principes qui sont beaucoup plus inédits et qui n'ont pas encore déployé tout leur potentiel. Il est évident que l'alinéa 3 relatif à la question d'une représentation équilibrée entre les hommes et les femmes est un élément nouveau. Nous laissons donc à la libre appréciation de votre Assemblée de savoir si nous le laissons à l'article 7 ou si nous le mettons à l'article 8. Sur le fond, cela ne change rien, il est quand même là, dans les principes tout à fait importants de notre Canton, mais voilà peut-être la nuance qu'il convenait de préciser pour que vous puissiez voter en toute connaissance de cause.

F Jean-François LEUBA

Je constate qu'il est actuellement à l'article 7. Le groupe Radical propose de le mettre à l'article 8. Je donne la parole à la représentante du groupe Radical pour qu'on puisse décider. Il faut que ce soit ou l'un ou l'autre. F Laurence Martin Effectivement, l'amendement que nous vous proposons est une intervention purement sur la forme. Dans son ensemble, le groupe Radical a effectivement apprécié la nouvelle présentation de l'article, soit en deux nouveaux articles. Toutefois, si la mention d'éléments tels que la délimitation des activités de l'État, l'État de droit, les éléments d'une démocratie de droit, du non-arbitraire nous paraît absolument cadrer dans les principes fondamentaux, il n'en va pas de même pour l'alinéa 3 qui traite, lui, d'un élément qui relève uniquement de la volonté de notre Assemblée et qui s'applique au peuple vaudois. Il nous semble donc plus juste de transférer cet alinéa à l'article 8, dans les "Principes généraux". Je m'étonne d'autant plus de cette situation voyant que l'alinéa qui traite des énergies renouvelables, par exemple, se trouve dans les "Autres principes", alors qu'à mes yeux il pourrait être qualifié de fondamental. Je vous remercie de votre attention. F Judith BOVAY La commission de rédaction a séparé les principes à adopter en "Principes fondamentaux" et "Autres principes" en les hiérarchisant. L'article sur les "Principes fondamentaux" reprend des principes de droit administratif, à l'exception de l'alinéa 3. L'article sur les "Autres principes" se rapproche très fortement des "Tâches de l'État". La question est alors: où doit-on placer l'alinéa sur les représentativités entre femmes et hommes au sein des autorités instituées ? Pour le Forum et contrairement à la proposition Radicale, le principe de base sur l'égalité entre femmes et hommes au sein d'une autorité instituée se rapproche plus des "Principes fondamentaux" que des "Tâches de l'État". Le Forum estime cependant qu'il est trop tôt pour décider de l'emplacement de cet article. Il s'agit d'une réflexion structurelle des articles de l'avant-projet. Cette réflexion doit avoir lieu lors de la deuxième lecture et non être entamée aujourd'hui, à la hâte, par un amendement. Nous vous demandons de vous en tenir pour l'instant au texte choisi par la commission de rédaction et de refuser cet amendement Radical. Merci. F Luc RECORDON Je ne voudrais pas allonger, je ne poserai donc pas de troisième amendement. Je vous dis simplement, dans le principe, mon malaise tant face à la proposition de la commission de rédaction sur ce point que par rapport à l'amendement. A mon sens, ce qui est vicieux, là, c'est au départ de vouloir distinguer entre les "Principes généraux" et les "Autres principes". Quand on met les "Principes fondamentaux" au début d'une Constitution, tous doivent être égaux. La nouvelle structuration choisie a pour conséquence de donner l'impression déplorable que certains principes sont un peu moins fondamentaux que d'autres. Je ne pense pas que c'était la volonté et comme en plus ce sont les principes strictement juridiques qui passent devant et les principes plus politiques qui passent derrière, personnellement je ne pense pas non plus que ce soit heureux sous cet angle-là. Bien sûr, ces principes juridiques sont le reflet d'un contenu politique, mais malgré tout je trouve que, partant probablement de considérations techniques compréhensibles et d'une distinction entre ce qui est général et ce qui est spécial – ou spécifique –, la commission de rédaction donne un faux signal politique. Je pense donc que ce n'est pas satisfaisant et qu'il faudra de toute manière en changer en deuxième lecture. F Jean MARTIN Il m'arrive très rarement d'être en désaccord avec mes collègues Radicaux [rires]. S'agissant de l'objet en discussion, je regrette comme Luc Recordon qu'on ait séparé en deux articles ce qui à mon avis – et je reviendrai à cet égard si nécessaire en seconde lecture si d'autres ne le font pas à ma place – est regrettable, indépendamment des arguments juridiques qu'on peut présenter. Cela étant, je trouve aussi regrettable qu'un groupe par ailleurs éminent propose de passer la question de l'égalité des hommes et des femmes dans un article qui s'appelle "Autres principes". Je vous propose donc, puisque c'est la seule question qui nous est posée, de garder la proposition de la commission de rédaction qui est par ailleurs une proposition qui me déplaît. F Laurent WEHRLI Pour me permettre de vous rappeler que la commission 1 avait bien entendu évoqué un certain nombre de ces questions: y a-t-il des principes fondamentaux qui sont plus fondamentaux que d'autres ? Y a-t-il des ligues A et des ligues B, pour ne pas dire des premières ligues et des ligues inférieures et régionales dans les différents principes ? La commission 1 vous avait proposé un seul article sur les principes généraux, qui se voulait bien justement tranché et positionné entre les "Buts du Canton" et en corrélation avec les autres commissions, notamment la commission 1, en regard des "Tâches de l'État". Il est vrai que, puisque je n'ai pas eu l'occasion de consulter tous les membres de la commission 1 à l’avance, je n'ai pas formalisé un amendement visant à supprimer la proposition de la commission de rédaction d'avoir un article 7 et un article 8 au profit de n'avoir qu'un article 7, "Principes fondamentaux". Mais j'hésite fortement à vous faire la proposition maintenant, afin que le débat soit fait puisque, à vous entendre en tout cas, cet élément-là semble partagé. Je formalise donc ma proposition d'amendement afin que nous supprimions la séparation en deux articles pour les principes et que nous n'ayons plus qu'un seul article appelé "Principes fondamentaux", qui serait l'article 7.

F Jean-François LEUBA

Merci, M. Wehrli. Il faut le déposer par écrit. F Laurence MARTIN Le groupe Radical se rallie à la proposition du président de la commission numéro 1 et abandonne donc son amendement.

F Jean-François LEUBA

L'abandon de l'amendement, cela veut dire revenir au texte de la commission de rédaction. Il faut par conséquent déposer l'amendement Wehrli. Est-ce que la présidente de la commission de rédaction veut s'exprimer ?

F Anne-Catherine LYON

La commission se rallie [brouhaha].

F Jean-François LEUBA

Alors il n'y a plus de contestation. Il nous reste un amendement Ostermann qui ne m'a pas échappé mais qui sera réglé lorsque nous aurons réglé cette difficulté. Est-ce que quelqu'un s'oppose au retour au texte original ? On revient au titre "Principes généraux" ou on reste au titre "Principes fondamentaux", M. Wehrli ? "Principes généraux", on reprend intégralement le texte de la commission. Le retour au texte de la commission, c'est "Principes généraux", c'est clair.

F Anne-Catherine LYON

La commission de rédaction, si elle peut se rallier au retour en un seul article, souhaite garder le titre "Principes fondamentaux".

F Jean-François LEUBA

Nous avons une divergence. Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer sur cette divergence ? Je répète la situation, il n'y a pas d'opposition en ce qui concerne le retour au texte original de la commission, la seule distinction est soit "Principes généraux", soit "Principes fondamentaux". Nous votons sur cet objet. La discussion est close. Ceux qui sont favorables à l'intitulé "Principes généraux" sont priés de le témoigner en levant la main. Ceux qui sont favorables au titre "Principes fondamentaux" lèvent la main. Je crois qu'il y a une majorité évidente. Le titre "Principes fondamentaux" l'emporte par 60 voix contre 49. 1 ère décision concernant les articles 7 et 8: l’article 1.4 n’est pas subdivisé en deux articles comme le proposait la commission de rédaction; par 60 voix contre 49, l’Assemblée décide d’intituler cet article “Principes fondamentaux” au lieu de “Principes généraux”. Nous avons maintenant à l'article 8, qui est redevenu l'article 7, un amendement Ostermann que je dois traiter puisque l'amendement de M. Wehrli consistait uniquement à ne faire qu'un article, en revanche le texte de la commission de rédaction est resté. Il faut par conséquent traiter maintenant l'amendement Ostermann qui concerne le deuxième alinéa de l'article 8 que vous avez sous les yeux et la lettre d) de l'article 7. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Ce qui nous distingue du texte d'origine, si vous prenez la lettre d) de l'ancien article 7, ce sont les mots, à l'origine c'était "à la conservation durable des ressources naturelles". Notre commission ne trouvant pas que cette formulation veuille dire quelque chose, elle l'a transformée en mettant "à une utilisation rationnelle et économe des ressources naturelles". Les termes "rationnelle et économe" reviennent d'ailleurs à plusieurs reprises dans ce texte. Nous n'avons donc pas inventé de nouveaux mots, nous avons pris ces deux qualificatifs ailleurs dans le texte. Voilà la position de la commission de rédaction qui vous propose de la suivre dans cette nouvelle formulation. F Roland OSTERMANN J'ai suggéré en début de semaine un certain nombre de modifications à la commission et j'ai été invité ce matin à vous en soumettre quatre, ce qui explique leur apparition tardive. Dans chaque cas, je vous propose de revenir à la version originelle. Il me semble qu'en purifiant la forme, la commission en a involontairement altéré le sens. Pour l'article 8, Madame la présidente de la commission vient de vous dire qu'effectivement, dans un des cas, celui voulu par l'Assemblée, c'était "l'État veille à la conservation durable des ressources", alors que la commission a dit "veille à l'utilisation rationnelle et économe". La commission a fait une traduction utilitaire de l'article. L'utilisation, toute rationnelle qu'elle soit, peut conduire à la destruction de la ressource. L'utilisation même des bois extraits du Jura peut être parfaitement rationnelle et entraîner une exploitation complètement destructrice. Je vous propose donc de revenir à la version originelle voulue par l'Assemblée.

F Jean-François LEUBA

La discussion générale est ouverte. M. Recordon. Mais j'aimerais quand même attirer sur le fait – je crois que je dois le dire maintenant – qu'il résultera vraisemblablement de la consultation des modifications infiniment plus importantes que l'utilisation d'un mot ou d'un autre. Vous avez parfaitement le droit de proposer des modifications ou des retours, je n'aimerais pas qu'à chaque fois il se dégage une discussion interminable, alors que vous verrez certainement qu'après la consultation des modifications infiniment plus importantes vous seront proposées. M. Recordon. F Luc RECORDON Je voudrais insister ici sur un aspect formel. A l'appui de ce que Roland Ostermann vient de dire, j'estime que la commission de rédaction sur ce point a outrepassé son mandat parce qu'elle change notablement le sens. Quoi qu'on pense de la valeur des termes sur le fond et politiquement, je trouve que c'est un principe que la commission de rédaction doit rester et coller au sens. S'il y a une divergence nette de sens, nous devons par principe refuser cette proposition, quitte à ce que politiquement et en deuxième débat et après un débat sur le fond qu'on ne va surtout pas entreprendre ici maintenant, on revienne peut-être à cette proposition qui est aujourd'hui celle de la commission de rédaction.

F Jean-François LEUBA

Je remercie M. Recordon. Quelqu'un souhaite-t-il encore s'exprimer ? Je crois que le problème est posé très clairement. J'oppose la proposition Ostermann, c'est-à-dire de revenir – à la lettre d) de l'article 7 – à la proposition de la commission de rédaction qui consisterait à prendre comme let d) l'alinéa 2 de l'article 8 que vous avez sous les yeux. Telle est la question qui se pose. Celles et ceux d'entre vous qui sont d'accord avec la proposition de M. Ostermann – retour au texte original – le témoignent en levant la main. Avis contraires ? A une majorité évidente, vous revenez au texte original. 2 e décision concernant l’article 7: A la lettre d) de l’article 7, l’Assemblée décide de rester à la formulation initiale du texte et de ne pas suivre la commission de rédaction qui proposait de remplacer "à la conservation durable des ressources naturelles" par "à une utilisation rationnelle et économe des ressources …". Quelqu'un souhaite-t-il encore s'exprimer sur le titre 1, a-t-il une remarque à faire sur le titre 1, à part les remarques qui doivent être faites directement à la présidente de la commission ? Ce n'est pas le cas. Je fais voter sur le texte du titre 1 en rappelant qu'il s'agit purement d'un vote formel et non d'un vote sur l'adhésion au principe de ce titre. Celles et ceux d'entre vous qui adoptent le titre 1 pour la consultation sont priés de le témoigner en levant la main. Avis contraires ? Pas d'avis contraires. Le titre I est adopté à l’unanimité. Titre II Droits et devoirs de la personne Article 13 – Protection des enfants et des jeunes

F Jean-François LEUBA

Au titre 2 nous avons, tout d'abord à l'article 13 un amendement du groupe Libéral. Je donne la parole à Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Pour dire d'emblée que nous allons revenir au texte antérieur, nous allons accepter l'amendement, mais pour vous expliquer brièvement nos réflexions, nous avons dans un premier temps amélioré la rédaction de l'alinéa 2 qui juridiquement n'était pas suffisamment clair. Dans un deuxième temps, nous avons voulu trop bien faire à l'alinéa 1 en expliquant dans un langage un peu plus "de tous les jours" ce qui se trouve dans l'alinéa 2 avec les termes "protection qu'il peut solliciter personnellement". Il y avait donc une redondance entre l'alinéa 2 et la fin de l'alinéa 1, mais qui était voulue à un certain moment. Considérant que les termes "et à l'encouragement de leur développement" ne nous semblaient pas pouvoir être un droit justiciable – nous ne voyons pas très bien la portée de ces termes en tant que droit –, nous avions proposé de les supprimer. A la réflexion, nous sommes d'avis et constatons que l'alinéa 1 tel que sorti de nos travaux est le même que celui de la Constitution fédérale. Notre commission se rallie à la demande qui est faite par le groupe Libéral et groupe Radical. Si on ajoute leurs deux amendements, c'est pour revenir au texte antérieur. Nous acceptons donc ces deux amendements.

F Jean-François LEUBA

Je constate dès lors que la commission de rédaction se rallie aux deux amendements. Je ne demande donc pas leur développement, à moins que quelqu'un ne s'oppose à ces amendements et veuille garder le texte de la commission de rédaction. Ce n'est pas le cas, nous revenons donc à l'article 13, pour l'alinéa 1 bien entendu. Il s'agit de remplacer "l'intégrité physique et psychique" par "l'intégrité et l'encouragement de leur développement", en supprimant "protection qu'elle peut solliciter personnellement" puisque cela se trouve déjà exprimé à l'alinéa 2. En revanche, l'alinéa 2 resterait dans le texte de la commission de rédaction. L'alinéa 2 de l'Assemblée disait "les enfants et les jeunes ont droit à une protection particulière de leur intégrité" – vous ajoutez "physique et psychique". Est-ce que c'est l'amendement Radical ? On garde "physique et psychique" et on ajoute "à l'encouragement de leur développement", "son développement". C'est juste, cette fois on est d'accord. Est-ce que quelqu'un s'oppose à ce texte pour l'alinéa 1 ? Ce n'est pas le cas, il est donc adopté. Est-ce que quelqu'un s'oppose au texte de la commission de rédaction pour l'alinéa 2 ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Nous passons ensuite à l'article 33 où il y a un amendement du groupe Libéral et un amendement Gonthier que je n'ai pas encore vu. Mme Lyon. Décision article 13: la commission de rédaction se rallie aux amendements des Groupes Libéral et Radical (reprise des termes adoptés par l’Assemblée). La formulation de l’article est donc la suivante: «1. Chaque enfant ou jeune a droit à une protection particulière de son intégrité physique et psychique, et à l'encouragement de son développement. 2. Il exerce lui-même ses droits dans la mesure où il est capable de discernement, sinon par l'intermédiaire d'un représentant. » Article 33 – Naturalisation et droit de cité

F Jean-François LEUBA

Nous passons à l'article 33 où il y a un amendement du groupe Libéral et un amendement Gonthier que je n'ai pas encore vu. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Concernant l'amendement que je connaissais, à savoir l'amendement du groupe Libéral que vous avez sous les yeux, qui est de réintroduire les mots "la durée de résidence" dans le texte, notre commission accepte cet amendement parce que dans un premier temps nous avions estimé – à tort – que la référence à la loi fédérale couvrait le tout. Or le droit cantonal, voire les règlements communaux peuvent traiter de la durée de résidence. Il faut donc réintroduire dans notre proposition les mots "la durée de résidence": "La loi règle les émoluments administratifs, la durée de résidence et les modalités de recours", on peut réinjecter ces mots dans l'alinéa 4 en indiquant que la loi cantonale peut traiter cette question-là.

F Jean-François LEUBA

Merci. L'amendement Gonthier concerne aussi l'alinéa 4. M. Gonthier veut remplacer les mots "les modalités de recours" par "prévoit une instance de recours" qui était, sauf erreur, le texte original. La commission de rédaction a de la peine à se déterminer sur cet amendement puisque seule sa présidente est ici. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

La raison pour laquelle nous avions transformé les termes "une instance de recours" en "les modalités de recours", c'était pour faire une ellipse. On s'était dit, par élégance de style, que si on parlait des modalités de recours, cela sous-entendait bien évidemment qu'il y avait une instance de recours qui était prévue. Il n'y a pas d'objection majeure à remettre les termes "instance de recours", mais voilà l'explication pour laquelle nous avions fait une ellipse. On peut proposer, me semble-t-il, toujours dans cet alinéa 4 de notre texte: "La loi règle la durée de résidence exigée, les émoluments administratifs et prévoit une instance de recours".

F Jean-François LEUBA

Est-ce que quelqu'un s'oppose à la réintroduction des mots "durée de résidence exigée" qui était dans le texte de l'Assemblée ? Ce n'est pas le cas. Est-ce que quelqu'un s'oppose à ce qu'on transforme "les modalités de recours" en "prévoit une instance de recours", conformément à l'amendement Gonthier ? Ce n'est pas le cas. Ces deux amendements sont donc adoptés. Décision article 33: l’amendement du groupe Libéral est accepté: la notion de durée de résidence est reprise à l'al. 4; le texte de l’article 33 est donc le suivant: 1 Dans les limites du droit fédéral, toute personne étrangère résidant dans le Canton a le droit de déposer une demande de naturalisation. 2 Dès lors que l'autorisation fédérale de naturalisation est accordée, sur préavis communal et cantonal, les droits de cité correspondants sont acquis. 3 Les procédures cantonale et communale de naturalisation sont rapides et gratuites. 4 La loi règle la durée de résidence exigée, les émoluments administratifs et prévoit une instance de recours. Article 35 – Liberté économique

F Anne-Catherine LYON

Si vous prenez l'article 35 de l'avant-projet, notre commission l'a tout d'abord divisé en deux alinéas. Le premier est le même ("La liberté économique est garantie"). A l'alinéa 2, nous avons considéré que la liste qui était là est une liste fermée et non pas une liste exemplative. Il est vrai qu'en supprimant les termes "en particulier", cela sous-entend que les mots que nous avons mis à notre alinéa 2 de commission sont une liste fermée. Je me réjouis d'entendre M. Ostermann, peut-être y a-t-il d'autres cas de figure et les termes "en particulier" qui laisseraient entendre que cette liste est ouverte se justifient.

F Jean-François LEUBA

M. Ostermann, nous nous réjouissons tous de vous entendre. F Roland Ostermann Vous allez être déçus parce que je ne suis pas un fanatique de cet article. Il est contraire à mes intérêts idéologiques mais honnête de vous proposer d'en revenir à la version d'origine qui avait certainement un fondement très marqué de la part de ceux qui l'avaient proposée. Par honnêteté, je laisse pour eux la porte ouverte, mais je ne saurais vous proposer d'y faire entrer quoi que ce soit.

F Jean-François LEUBA

La question est ouverte, la discussion générale aussi. Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer sur cet article ? Vous avez deux versions qui sont la version de la commission, j'imagine, et la version Ostermann, retour au texte d'origine. Si personne ne demande la parole, la discussion est close. Je fais voter. Celles et ceux d'entre vous qui sont favorables à la version de la commission de rédaction sont priés de le témoigner en levant la main. Il me semble à première vue que c'est une majorité, mais je vais demander les avis contraires. Ceux qui sont d'un avis contraire, c'est-à-dire retour à la solution d'origine ? C'est tout à fait évident, la majorité est pour la commission de rédaction. On garde donc le texte de la commission de rédaction. Décision article 35: à une majorité évidente le texte proposé par la commission de rédaction est préféré à celui d’origine comme le proposait l’amendement Ostermann. Article 42 – Devoirs et responsabilités

F Anne-Catherine LYON

Notre commission, pour rendre cet article plus lisible, l'a divisé en trois alinéas. Si vous prenez en regard le texte d'origine, vous verrez que nous avons coupé le premier alinéa après la première virgule, sans changer un seul terme. Dans l'alinéa 2, nous avons repris mot pour mot quasiment l'entier de cette phrase, mais nous avons mis un point à partir de "générations futures" et nous n'avons plus repris "qu'elles auront aussi le droit de décider elles-mêmes de leur devenir". Il nous a paru, à la lecture et après un long examen de cet article et de cet alinéa en particulier, que tout était dit lorsqu'on parlait des générations futures. Il ne nous paraissait pas opportun, nécessaire, de surcharger l'alinéa en gardant le 100% de ce qui y était. Cela nous apparaissait comme une redite. F Roland OSTERMANN La commission nous dit que toute personne prend sa part de responsabilité pour préserver les intérêts des générations futures. Or ce ne sont pas seulement les intérêts des générations futures tels que nous les concevons aujourd'hui, à notre aune, que nous devons préserver, c'est leur droit de décider elles-mêmes de leur devenir, comme l'a voté l'Assemblée. Il faudrait d'ailleurs parler de possibilité plutôt que de droit, sur lequel de toute façon nous n'avons pas prise. Je vous propose donc d'en revenir au texte originel, avec un accroc si vous le voulez bien, il s'agit de remplacer le mot "droit" par "possibilité". Je n'aurais pas fait cette suggestion maintenant si nous n'avions pas à revenir sur cet article.

F Jean-François LEUBA

Vous permettrez que je m'oppose à cette proposition. Cette deuxième partie est une question de fond qu'on rediscutera au deuxième débat. En revanche reste la question de votre amendement opposé au texte de la commission. M. Martin a demandé la parole. F Jean MARTIN J'aimerais simplement apporter mon vif soutien à la proposition Ostermann. A l'évidence, ce n'est pas la même chose que nous décidions de manière paternaliste ce que devront être les intérêts des générations futures ou le fait de leur laisser le droit de décider elles-mêmes de leur devenir le moment venu. F Laurent REBEAUD Sur le fond, je soutiens la proposition de M. Ostermann parce qu'ici, manifestement, la commission de rédaction a outrepassé son mandat. Elle change le sens, nous ne devons pas l'accepter. En revanche, je trouve que l'idée de fractionner en quatre morceaux est excellente. Par conséquent, je vous propose de retenir le fractionnement en quatre, mais de reprendre la proposition que nous avons votée au chapitre mentionné par M. Ostermann à propos des générations futures.

F Jean-François LEUBA

Il y a trois alinéas, M. Rebeaud, pas quatre. Je considère qu'il y a deux propositions par rapport à la proposition de la commission de rédaction. La première proposition concerne le texte, la deuxième concerne le découpage. M. Ostermann se rallie – en ce qui concerne le découpage – à la commission de rédaction. Par conséquent, la seule question qui reste, c'est la question du texte. Est-ce que quelqu'un voudrait par hasard revenir au texte d'origine en ce qui concerne le découpage ? Personne. Nous admettons donc qu'il y aura trois alinéas, reste à préciser la teneur du deuxième. Plus personne ne demande à s'exprimer ? Je peux passer au vote. Les constituantes et constituants qui souhaitent revenir au texte d'origine selon la proposition Ostermann sont priés de le témoigner en levant la main. Il faut compter. Ceux qui sont favorables au texte de la commission de rédaction sont priés de le témoigner en levant la main. Vous avez décidé de revenir au texte original en ce qui concerne l'alinéa 2 par 71 voix contre 29, avec un grand nombre d'abstentions qui ne me permettaient pas de savoir comment s'exprimerait le vote pour terminer. Décision article 42: l’Assemblée décide par 71 voix contre 29 et de nombreuses abstentions de revenir au texte original pour l’alinéa 2, soit: 2. Elle (Toute personne) contribue à la bonne marche de la collectivité dans laquelle elle vit et prend sa part de responsabilité pour garantir aux générations futures qu'elles auront aussi le droit de décider elles-mêmes de leur devenir. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer de manière générale sur ce titre 2 ? Ce n'est pas le cas. Est-ce que quelqu'un s'oppose à l'adoption du titre 2 pour la consultation ? Ce n'est pas le cas, par conséquent le titre 2 est adopté. Le titre II est adopté. Je fais une pause et nous reprenons nos travaux, mais j'aimerais vous demander d'être précis, à 15:55. Titre III Tâches et responabilité de l’État et des communes ¨ Chapitre 1 Principes

F Jean-François LEUBA

Nous prenons le titre 3, "Tâches et responsabilités de l'État et des communes", chapitre 1, "Principes". Je n'ai pas d'amendement pour ce chapitre. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Cela ne paraît pas être le cas, en tout cas pour ceux qui sont dans la salle, je n'irai pas le demander à ceux qui sont dehors. Par conséquent, quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption de ce chapitre ? Mme Jemelin. Alors nous passons au vote. Vous vous opposez au chapitre ? F Mireille JEMELIN Non, moi j'aurais aimé discuter l'enseignement de base parce qu'on a pris connaissance très tard de ces documents.

F Jean-François LEUBA

Mais on n'en est pas là, Madame, on en est au chapitre 1, "Principes". Titre 3, chapitre 1. F Mireille JEMELIN Alors excusez-moi, j'ai cru que vous vouliez passer au chapitre 3.

F Jean-François LEUBA

Non, on n'en est pas encore là. On est au chapitre 1. Personne n'a demandé la parole. Je demande si quelqu'un s'oppose à l'adoption du chapitre 1. Personne ne s'oppose à l'adoption du chapitre 1 et du titre 3 qui est donc adopté. Le chapitre 1 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 2 Justice, médiation et sécurité Article 46 –Médiation privée et administrative

F Anne-Catherine LYON

Concernant cet amendement et par gain de temps et de paix, surtout concernant la médiation, nous allons revenir à l'utilisation des services de la médiation privée, cela ne change rien. Dans notre esprit, nous avions décidé de faire une ellipse pour alléger un peu le texte et mettre "l'État soutient le développement et l'utilisation de la médiation privée", sous-entendu des services, etc. Mais vu que ça semble poser un petit problème, pour écourter la discussion, nous sommes d'accord de réintroduire les deux mots "des services de la médiation privée" et revenir ainsi au texte d'origine.

F Jean-François LEUBA

Je remercie Mme Lyon. L'amendement n'a donc pas besoin d'être développé puisque la commission se rallie. Est-ce que quelqu'un s'oppose au retour au texte d'origine ? Ce n'est pas le cas. Nous revenons donc au texte d'origine, on réintroduit la mention "l'utilisation des services de la médiation privée". Décision article 46: La commission de rédaction se rallie à l’amendement Libéral: « 1. L'État soutient le développement et l'utilisation des services de la médiation privée … »; la version d’origine est rétablie. Quelqu'un d'autre souhaite-t-il s'exprimer sur le chapitre 2 du titre 3 ? Ce n'est pas le cas. La discussion est close. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 2 du titre 3 ? Personne. Le chapitre 2 est adopté. Le chapitre 2 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 3 Enseignement et formation Article 48 – Enseignement de base

F Anne-Catherine LYON

Nous arrivons dans l'une des discussions peut-être les plus constructives mais un tout petit peu délicates concernant l'enseignement. Pour que vous compreniez notre cheminement, notre commission a décidé de bien clairement marquer qu'il y a un enseignement de base, un enseignement secondaire, un enseignement universitaire, et puis d'autre part la formation continue, formation pour adultes. Dans cette perspective, au vu de la teneur des alinéas – pas seulement des noms des articles antérieurs mais de la teneur des alinéas des anciens articles 2.3.5 et 2.3.6 –, nous avions décidé de les réunir en un seul, qui s'appelle "Enseignement de base". Le mérite de la réunion de ces deux articles en un a mis en évidence qu'en réalité les articles antérieurs mélangeaient dans les alinéas à la fois des notions propres à l'enseignement de base et des notions propres à l'enseignement en général. Ce rassemblement d'articles a conduit à diverses prises de position auprès de notre commission. Le groupe Radical, par M. Buhlmann, fait une proposition de recouper en deux, mais avec une amélioration substantielle par rapport au texte d'origine, c'est de remettre dans chacun des deux articles ce qu'il concerne vraiment, donc de redémêler enseignement en général et enseignement de base. Pour le surplus, je vais laisser M. Buhlmann exposer plus avant son amendement, auquel la commission se rallie.

F Jean-François LEUBA

Bien que la commission se rallie, je laisse M. Buhlmann peut-être motiver brièvement. F Gérard BUHLMANN Très volontiers, c'est un sujet suffisamment sensible qui mérite que je précise un certain nombre de points. Tout d'abord, c'est bien un amendement que je dépose au nom du groupe Radical parce que je n'ai pas pu discuter avec d'autres collègues, mais des discussions que j'ai eues avec les collègues de la commission 2, tout le monde s'y rallie également et je crois que je pourrais le déposer tout autant de la commission 2. En fait, la commission de rédaction et ceux qui en ont discuté se sont ralliés parce qu'on s'est rendu compte que la rédaction est meilleure, comme dans beaucoup d'autres articles d'ailleurs. Le fait d'avoir proposé de les regrouper a montré qu'il ne fallait pas le faire, mais aussi que l'ancienne subdivision des articles 2.3.5 et 2.3.6 est à l'évidence peu claire et pas bonne, ce qui me permet de venir devant vous aujourd'hui avec une bien meilleure subdivision à laquelle la commission de rédaction se rallie. J'aimerais tout d'abord préciser une chose: dans les papiers que vous avez reçus, par une regrettable erreur, vous avez dans la proposition du groupe Radical, à l'alinéa 1, "L'État organise et finance un enseignement de base public". Le "de base" doit bien sûr être enlevé. C'est une erreur de transcription et c'est justement ce que nous voulons corriger. Très rapidement, pourquoi voulons-nous le corriger ? Vous vous rappelez que dans le débat que nous avons eu, notre Assemblée a confirmé la position de la commission comme quoi seul l'enseignement de base est obligatoire et dans les écoles publiques gratuit, ayant admis par là, contre l'avis d'une minorité, que le reste de l'enseignement n'est pas automatiquement gratuit. Je propose donc deux nouveaux alinéas, le premier avec l'article 48, "Enseignement public" – j'ai rajouté le mot "public" au titre – où on dit ce que fait l'État, c'est-à-dire il organise et finance un enseignement public, la neutralité et l'objectif de transmission de savoirs ; et un article 48 bis, "Enseignement de base", qui reprend les cinq autres éléments. Ceci a un autre avantage, c'est de mettre l'alinéa sur l'école qui "assure la collaboration avec les parents, l'instruction des enfants" dans l'enseignement de base. Il clarifie certaines difficultés qu'ont actuellement les gymnases ou les écoles professionnelles. Je vous engage donc à vous rallier à cet amendement qui ne vise qu'à remettre les choses telles que la commission les a voulues et que le plénum les a, en son temps, confirmées. Je vous en remercie.

F Jean-François LEUBA

Je remercie M. Buhlmann. La discussion générale est ouverte. Quelqu'un souhaite-t- il s'exprimer ? Oui, M. Gonthier. F Alain GONTHIER J'ai juste un petit doute à l'alinéa 3 proposé par M. Buhlmann. Quand on parle de l'enseignement public, ça comprend donc l'enseignement universitaire. Peut-on vraiment dire que l'enseignement universitaire a pour but la seule transmission de savoirs ? Est-ce que cette transmission de savoirs n'est pas plutôt pensée pour l'enseignement de base ? J'ai un doute là-dessus, je ne sais pas ce qu'en pense M. Buhlmann.

F Jean-François LEUBA

M. Buhlmann est interpellé. En pense-t-il quelque chose ? F Gérard BUHLMANN Certainement, je pense ! Ce que j'en pense, c'est que l'enseignement public est beaucoup plus large que l'enseignement de base. Il couvre et l'enseignement de base et l'enseignement universitaire et l'enseignement professionnel, etc. Tous ces enseignements ont – j'espère – pour objectif la transmission de savoirs. Il y a aussi une autre subdivision logique, celle qu'a voulue la commission. On a un article sur l'enseignement général, public, puis celui de base, celui professionnel, la formation continue, etc. C'est clair que j'ose espérer que tout l'enseignement public a pour objectif la transmission de savoirs.

F Jean-François LEUBA

Voilà, la réponse est donnée, M. Gonthier. Y a-t-il une objection à la proposition du groupe Radical à laquelle s'est ralliée la commission de rédaction ? Ce n'est pas le cas. Cet amendement est donc accepté et le texte reprendra la proposition du groupe Radical. Décision article 48: l’amendement Radical est accepté; comme dans la version originale, le contenu de l’article est réparti sur deux articles, soit: Art. 48 Enseignement public 1 L'État organise et finance un enseignement public. 2 Il est neutre politiquement et confessionnellement et respecte la liberté de pensée, de conscience et de croyance. 3 Il a pour objectif la transmission de savoirs. Art. 48 bis Enseignement de base 1 L'enseignement de base est obligatoire et, dans les écoles publiques, gratuit. 2 Il favorise le développement personnel et l'intégration sociale; il prépare à la vie professionnelle et civique. 3 Il comprend notamment des disciplines manuelles, corporelles et artistiques. 4 L'apprentissage d'une deuxième langue nationale et d'une langue étrangère commence dès le début de la scolarité. 5 L'école assure, en collaboration avec les parents, l'instruction des enfants. Elle seconde les parents dans leur tâche éducative. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer sur le titre 3, chapitre 3 ? Personne. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 3 ? Personne. Le chapitre 3 est adopté. Le chapitre 3 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 4 Patrimoines, culture et sport

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 4. Je n'ai pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer au chapitre 4 ? Ce n'est pas le cas. La discussion est close. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 4 ? Il est adopté. Le chapitre 4 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 5 Environnement, énergie, aménagement du territoire, transports et communications

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 5 qui concerne l'environnement. Pas de propositions d'amendement. La discussion est ouverte. Elle n'est pas utilisée, elle est close. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 5 ? Pas d'opposition. Le chapitre 5 est adopté. Le chapitre 5 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 6 Economie et agriculture

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 6, "Economie et agriculture". Pas de propositions d'amendement. La discussion est ouverte. Elle n'est pas utilisée. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 6 ? Ce n'est pas le cas. Le chapitre 6 est adopté. Le chapitre 6 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 7 Protection sociale et santé Article 64 – Prévention de l’exclusion et réinsertion

F Anne-Catherine LYON

La commission de rédaction a trouvé qu'il était plus lisible et d'un meilleur français – mais peut-être s'est-elle trompée – de mettre "L'État s'engage à prévenir" plutôt que "L'État s'engage dans la prévention de l'exclusion". Nous n'avons rien modifié d'autre, si ce n'est utiliser cette formule qui nous paraissait, encore une fois, grammaticalement meilleure. M. Ostermann, comme il vous l'expliquera puisque notre commission entend garder sa formulation, pense que nous avons changé le sens, mais je le laisserai vous l'expliquer. F Roland OSTERMANN C'est surtout la portée de l'article qui a été changée. Quand on dit "L'État s'engage à prévenir", "s'engager à" est une promesse, une intention, une marque de bonne volonté. L'article que nous avons adopté dit que l'État s'engage dans la prévention. Il y a entre ces deux formulations la différence insidieuse qui existe entre un but de l'État et une tâche de l'État. L'article de la commission fait de la prévention de l'exclusion un but social. L'Assemblée avait penché, elle, pour une tâche traduite en mesures concrètes. C'est pour cela que je vous propose de respecter l'intention de l'Assemblée. F Pierre FARRON Je partage le point de vue de M. Ostermann. Je pense que la modification qui nous est proposée modifie le sens de ce que nous avons voté et pour l'instant je préfère qu'on en reste au texte que nous avons voté.

F Jean-François LEUBA

Merci, M. Farron. Chacun pourra aussi s'exprimer par son vote. La discussion n'est plus utilisée. Elle est close. Je fais voter. Tout d'abord, celles et ceux d'entre vous qui sont favorables à l'amendement Ostermann, retour au texte d'origine, sont priés de le témoigner en levant la main. Il semble qu'il y ait une majorité. Avis contraires – maintien du texte de la commission ? A la majorité évidente, vous revenez au texte d'origine, "s'engage dans la prévention". Est-ce que pour le surplus M. Ostermann se rallie au texte de la commission de rédaction (avec le point-virgule, "il favorise la réinsertion") ou bien voulez-vous absolument maintenir la longue phrase ? C'est uniquement sur "s'engage dans". Pour le surplus, le texte de la commission de rédaction serait admis. Est-ce que quelqu'un s'oppose à cette manière de voir ? Ce n'est pas le cas. Le retour à la formule "dans la prévention" est adopté, pour le reste nous gardons le texte de la commission de rédaction. Décision article 64: l’amendement Ostermann est accepté; le texte de l’article est donc le suivant: 1 L'État s'engage dans la prévention de l'exclusion professionnelle et sociale; il favorise la réinsertion, notamment par la formation et la certification de compétences professionnelles. 2 Il garantit un revenu minimum de réinsertion. Article 67 – Jeunesse

F Jean-François LEUBA

J'ai un deuxième amendement dans ce chapitre qui concerne l'article 67, amendement du groupe Radical qui est à la limite, à mon avis, d'une petite amélioration rédactionnelle qui pourrait faire l'objet d'une simple communication à la commission de rédaction. Non ? Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Concernant l'article 67, à mon tour de vous demander de suivre le texte antérieur parce qu'il nous semble qu'avec ce point-virgule nous ferions plus qu'indiquer simplement une forme de ponctuation et ça change insidieusement – pour reprendre les termes utilisés – le sens. Par mesure de précaution, je vous invite à garder le texte antérieur. F Gérard BUHLMANN Je pensais effectivement que la commission de rédaction n'accepterait pas l'amendement et le traiterait elle-même mais je vois qu'elle préfère l'ancienne version. Pour moi, j'ai noté simplement qu'à de nombreux endroits les phrases un peu longues avec un "en" au milieu avaient été coupées en deux avec un point-virgule, et avantageusement. J'imaginais qu'on pouvait avantageusement le faire ici aussi. Je ne vois personnellement pas la différence entre l'une et l'autre des versions, si ce n'est encore une fois la présentation, mais je ne vais pas ouvrir un débat là-dessus, on peut très bien revenir ultérieurement pour en discuter. Je reste d'avis que c'est plus joli comme ça. Si ça change le sens de cet article, il faudra qu'on m'explique en quoi ça en change le sens, insidieusement ou pas, mais je n'en fais pas une maladie.

F Jean-François LEUBA

Peut-être bien mais j'aimerais savoir si vous maintenez ou pas l'amendement [rires]. F Gérard BUHLMANN Oui !

F Jean-François LEUBA

La discussion générale est ouverte. Elle n'est pas utilisée alors nous allons voter. Ceux qui sont favorables à l'amendement Radical Buhlmann sont priés de le témoigner en levant la main. Avis contraires ? A une majorité évidente, on en reste au texte de la commission de rédaction. Oui, bien entendu ! Mais qui correspond au texte de la commission de rédaction. Réfléchissez avant de contredire le président [rires] ! Je vous rappelle que nous discutons du texte de la commission de rédaction, sauf avis contraires. Décision article 67: à une majorité évidente, le texte proposé par la commission de rédaction est accepté. Je n'ai pas d'autres amendements pour ce chapitre. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer de manière générale sur ce chapitre ? Ce n'est pas le cas. La discussion est close. Est-ce que quelqu'un s'oppose à l'adoption de ce chapitre ? Ce n'est pas le cas non plus. Il est adopté. Le chapitre 7 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 8 Aide humanitaire et coopération au développement

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 8, nous sommes toujours dans le titre 3. Il y a un seul article. Je n'ai pas de propositions d'amendement. Le chapitre 7 est terminé, nous en sommes au chapitre 8. Ah non, vous avez raison [rires] ! Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Est-ce que quelqu'un s'oppose à l'adoption de ce chapitre 8 ? Ce n'est pas le cas. Le chapitre 8 est adopté. Le chapitre 8 du titre III est adopté. ¨ Chapitre 9 Responsabilité de l’État et des communes

F Jean-François LEUBA

Chapitre 9. Je n'ai pas d'amendement. Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer ? Non. Quelqu'un s'oppose-t-il à ce chapitre ? Ce n'est pas le cas. Il est adopté. Nous en avons ainsi fini avec le titre 3. Le chapitre 9 du titre III est adopté. Titre IV Le peuple ¨ Chapitre 1 Droits politiques

F Jean-François LEUBA

Nous passons dès lors au titre 4, "Le peuple" et le chapitre 1, "Droits politiques". Je n'ai pas d'amendement pour le chapitre 1. La discussion est ouverte. On a voté les chapitres, j'imagine que ça suffit si on vote les chapitres. Ou bien faut-il voter les titres encore ? Si tous les chapitres ont été adoptés, c'est bon, si un chapitre n'avait pas été adopté, on pourrait peut-être voter le titre. Nous passons au titre 4, chapitre 1, "Droits politiques". Pas d'amendement. Quelqu'un désire-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption de ce chapitre ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 1 du titre IV est adopté. ¨ Chapitre 2 Elections

F Jean-François LEUBA

Chapitre 2, "Elections". Pas d'amendement, pas de demande de parole, pas d'opposition. Le chapitre 2 est adopté. Le chapitre 2 du titre IV est adopté. ¨ Chapitre 3 Initiative, référendum et motion populaires

F Anne-Catherine LYON

Concernant les initiatives, aucune demande d'amendement n'a été déposée, mais je dois vous faire part d'une grande difficulté que nous avons eue et que nous continuons d'avoir avec le chapitre relatif aux initiatives populaires. Nous avons essayé de respecter la volonté de l'Assemblée, de le rendre lisible et compréhensible. Or il pose de grands problèmes techniques sur le plan juridique. Nous croyions avoir tout compris lorsque la décision de la semaine passée relative à la révision totale de la Constitution est venue apporter un élément supplémentaire de contradiction. Voilà où nous en sommes. Nous avons fait pour le mieux. J'en ai parlé avec M. Kulling qui va venir, lui aussi, je ne sais si c'est apporter un élément de clarté, mais partager avec vous la difficulté qu'il y a avec le problème des initiatives. F Jean-Pierre KULLING Effectivement, vous avez remarqué qu'il y a passablement de chahut formel au chapitre 3 en ce qui concerne l'article 78, l'article 79 et l'article 80. Le problème est le suivant: veut-on – problème de l'initiative – qu'elle soit soumise de toute façon au vote populaire selon le plénum ou, si approuvée par le Grand Conseil, peut-elle être soumise au vote ou simplement au référendum facultatif selon la commission de rédaction ? Il s'agit d'une question d'évangile. Parce que si vous suivez le Prof. [Riesel], c'est le point de vue de la commission 4 – c'était le point de vue du plénum aussi qui nous a suivis –, c'est notre texte qui doit l'emporter. Si vous suivez l'évangile selon le Prof. [Mahon], évidemment, vous allez préférer ce que donne la commission de rédaction. Je ne vais pas me prononcer puisque sur le fond ce n'est peut-être pas tellement important. Il semble que M. Riesel soit plus elliptique et que ce soit plus difficile à comprendre pour les non-spécialistes. Mais il y a plus grave et c'est pour cela que j'interviens. Il s'agit de la révision totale de la Constitution. Vous vous souvenez que la dernière fois, j'avais dit qu'un des droits nouveaux que nous avions introduits, c'était la possibilité pour un groupe de citoyens, voire un citoyen unique, de présenter une Constitution maison, c'est-à-dire un projet rédigé de toutes pièces. Nous avions au départ la phrase, lorsqu'il s'agissait d'initiatives rédigées de toutes pièces "sauf si elle vise la révision totale de la Constitution" et cette phrase avait été supprimée. Regardez votre article 80. L'article 80 est, à gauche, "L'initiative peut se présenter comme un projet rédigé de toutes pièces". On ne mentionne pas s'il s'agit d'une révision totale de la Constitution. Regardez au 79, à la page précédente: "L'initiative peut se présenter sous la forme d'une proposition conçue en termes généraux ou" – "sauf si elle vise la révision totale de la Constitution", la phrase que vous aviez supprimée réapparaît – "sous la forme d'un projet rédigé de toutes pièces. Il suffit de la réintroduire, direz-vous. Oui, si on veut, mais alors le titre 10, qui est la révision totale de la Constitution, deviendra incompréhensible parce que nous ne donnons pas une énumération exhaustive des possibilités de révision totale de la Constitution. La contradiction persiste. Je n'ai pas de solution. Je voulais simplement mentionner que, aussi bien ceux qui avaient rédigé le texte de la commission que la commission de rédaction sont conscients de ce problème. Je ne fais pas de proposition très concrète. Je ne sais pas si quelqu'un en a une pour favoriser le texte de la commission ou le texte du plénum.

F Jean-François LEUBA

Je remercie M. Kulling. Je vois qu'on n'aide pas beaucoup la solution des problèmes avec ça. Il y a une contradiction, cela me paraît tout à fait évident, mais je n'ai pas de proposition d'amendement. Est-ce qu'on laisse partir la contradiction en consultation ? Il y aura un certain nombre de consultés qui vont sans doute souligner cette contradiction et il faudra, au deuxième débat, essayer de remettre de l'ordre dans cette affaire. Je ne vois pas d'autre solution et je crois qu'on n'est pas à même aujourd'hui de résoudre ces contradiction. Alors on suit le texte de la commission de rédaction, sauf avis contraires, puisqu'il n'y a pas de proposition. Il faudrait peut-être que Mme Lyon signale quand même que le 79 bis a été introduit par la commission de rédaction – cela est indiqué très clairement – parce qu'il y avait une lacune juridique qui était tout à fait évidente – que j'avais même signalée en plénum lors de l'adoption de ces articles-là – et qu'il faut évidemment combler. Ça au moins, on est sûr que c'est correct. Quelqu'un souhaite-t-il encore s'exprimer pour ce chapitre 3 ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption du chapitre 3 ? Ce n'est pas le cas. Le chapitre 3 est donc adopté. Le chapitre 3 du titre IV est adopté. ¨ Chapitre 4 Participation à la vie politique Intitulé du chapitre

F Jean-François LEUBA

Nous allons au chapitre 4. Il n'y a pas de proposition d'amendement. Y a-t-il une demande de s'exprimer au chapitre 4, "Participation à la vie politique" ? Oui, Mme Bielman. F Anne BIELMAN J'ai une intervention concernant le titre du chapitre 4 qui s'appelle "Participation à la vie politique". C'est donc un changement dans le titre. Permettez à la citoyenne historienne que je suis de parler de l'un de mes sujets favoris, les anciens Grecs. Politique vient en effet du mot poliV, la cité grecque antique. PolitikoV, qui désignait toutes les activités du citoyen, le polithV. Ça veut dire bien sûr les affaires publiques, mais aussi les activités religieuses, les fêtes, les banquets, bref toutes les activités sociales. Aujourd'hui, pour la majorité des électeurs vaudois, "politique" désigne seulement les activités d'un gouvernement ou d'un parti, et les affaires plus ou moins correctes qui s'y rapportent. D'un sens antique très large, on est passé à un sens moderne restrictif. Par conséquent, si vous voulez donner au titre 4, chapitre 4, une portée large, si vous voulez que tous les citoyens vaudois s'y reconnaissent, à mon avis on doit ici renoncer à l'emploi de l'adjectif "politique" et en trouver un autre si vous ne voulez pas de celui qui a été proposé antérieurement et qui était "Participation à la vie citoyenne".

F Jean-François LEUBA

Mme Bielman, je vais vous demander de déposer un amendement parce que nous sommes dans le vide le plus absolu avec votre proposition. C'est le retour au titre précédent. La discussion continue. M. Wiser. F Henri WISER Partageant parfaitement l'opposition de Mme Bielman à cette modification des intitulés, je voudrais simplement signaler que pour le commun des mortels, cette notion de vie politique fait référence à l'activité des partis ou à l'action d'un gouvernement, ou plus banalement à l'exercice des droits politiques. C'est donc en fait une vision assez restrictive de ce que peut être l'expression de l'état de citoyen. L'activité citoyenne peut en effet se formuler de multiples manières sans relever nécessairement d'une dimension politique au sens strict du terme, tout en étant hautement bénéfique aux liens et au bien-être de la communauté. Je pense ici à l'activité des associations – que ce soit des défenses de consommateurs, des défenseurs de l'environnement, voire des activités syndicales – qui intéressent toutes les citoyens sans nécessairement entrer dans le cadre de l'organisation de l'État et de ses structures. Idéalement, être citoyen ne se résume donc pas à exercer ses devoirs politiques, mais à s'inscrire dans la vie sociale, à s'y responsabiliser. C'est ce sens, cette dimension-là, de plus en plus vivace dans notre société civile, que nous entendions souligner par cette définition de la participation à la vie citoyenne et c'est la raison pour laquelle je vous invite à préférer cet intitulé-là à celui proposé par la commission de rédaction. F Daniel BOVET Jusqu'à il y a deux ou trois ans, le mot "citoyen" était un substantif. J'ignore pour quelle raison, depuis quelques années on le voit utilisé comme adjectif. C'est un néologisme insupportable qui ne durera peut-être que deux ou trois ans encore. Je vous propose d'adopter la proposition qui vous est faite par la commission de rédaction. F Luc RECORDON C'est peut-être l'occasion de vider pour une fois un débat sémantique. Puisqu'on fait de la rédaction, je dirai à M. Bovet que c'est un grand classique de la langue qu'un terme soit d'abord utilisé comme apposition et à force, à l'usage, qu'il perde son caractère d'apposition – qui est caractéristique d'un substantif – pour devenir ensuite un adjectif qualificatif. Mais même s'il restait apposition, techniquement ce ne serait pas une faute de français. Cela dit, si véritablement le problème est grammatical, M. Bovet eût dû, pour la cohérence, vous proposer "civique" au lieu de "citoyen".

F Jean-François LEUBA

M. Recordon, vous déposez un amendement si vous voulez que ce soit "civique". Non ? Bon. Très bien. Alors "civique" a disparu de la circulation. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Pour ne pas céder à un effet de mode et ayant, elle, une acception très large du mot "politique", la commission de rédaction l'a préféré au mot "citoyenne", mais elle avait dans l'idée que ce terme "politique" recouvre l'ensemble de l'activité, que ce soit des partis, de l'État et des associations. En tout cas, dans nos motivations, ce n'était pas de restreindre, c'était d'utiliser un terme qui a fait ses preuves et qui, dans son sens très large, nous paraît résister à la discussion. F Claude SCHWAB Pour essayer de sortir de ce grand dilemme, je vous propose de prendre un adjectif qui se trouve deux fois dans le corps du texte et qui est tout bêtement "publique" – donc "dans la vie publique", qui regroupe les associations, la vie politique, etc.

F Jean-François LEUBA

Est-ce que je peux vous demander de déposer un amendement ? La discussion continue. Il semble qu'elle n'est plus utilisée. On pourrait une fois essayer d'appliquer le règlement, mais je crois quand même que pour la clarté, il vaut mieux voter par élimination. J'oppose d'abord les deux amendements, c'est-à-dire l'amendement Bielman à l'amendement Schwab. J'opposerai ensuite l'amendement qui aura gagné à la proposition de la commission de rédaction. Est-ce que quelqu'un s'oppose à cette manière de voter ? Ce n'est pas le cas. Je crois que les questions sont relativement claires. Je prie les scrutateurs de compter. Nous opposons la proposition de Mme Bielman à la proposition de M. Schwab ; "à la vie citoyenne" est opposée "à la vie publique". Celles et ceux d'entre vous qui sont d'accord avec la proposition de Mme Bielman – "à la vie citoyenne" – le témoignent en levant la main. Il faut compter. Ceux qui optent pour la "vie publique", de M. Schwab, le témoignent en levant la main. La vie "publique" l'emporte sur la vie "citoyenne" par 49 voix contre 42. Nous opposons maintenant la proposition de M. Schwab, c'est-à-dire "Participation à la vie publique" à la proposition de la commission de rédaction, "Participation à la vie politique". Celles et ceux d'entre vous qui sont favorables à la proposition Schwab, "Participation à la vie publique", le témoignent en levant la main. Ceux qui sont favorables à la "Participation à la vie politique" le témoignent en levant la main. La proposition de M. Schwab , "Participation à la vie publique", l'emporte par 58 voix contre 39. Décision concernant l’intitulé du chapitre: L’intitulé du chapitre voulu par l’Assemblée est “Participation à la vie publique”. Dans un 1 er vote, par 49 voix contre 42, l’Assemblée choisit la dénomination "publique" (proposition Schwab) au lieu de "citoyenne" (proposition Bielman). Dans un 2 e vote, par 58 voix contre 39, l’Assemblée choisit la dénomination "publique" au lieu de “politique" (commission de rédaction). Y a-t-il d'autres observations en ce qui concerne ce chapitre 4 du titre 4 ? Une opposition ? Ce n'est pas le cas. Il est adopté avec la modification du titre. Oh, Mme Bielman ! Vous êtes sur quoi ? Oui, vous pouvez encore vous exprimer. Article 86 – Formation civique F Anne BIELMAN J'aimerais revenir sur l'article 86 et plaider de nouveau pour un retour au texte initial. Nous avons proposé "L'État et les communes favorisent diverses formes d'expérience participative". J'admets que cette formule "expérience participative" puisse paraître obscure, mais il me semble que sa tentative d'explication par la commission de rédaction est trop réductrice. Je prends un exemple, les conseils de classe, sont une forme simple et fréquente d'expérience participative. L'État et les communes peuvent parfaitement, selon l'ancienne formulation, favoriser le développement de conseils de classe, par exemple en encourageant telle ou telle direction d'établissement à instaurer des conseils de classe. En revanche, ni l'État ni les communes ne sont à même d'offrir l'occasion d'instaurer des conseils de classe parce que c'est une décision qui ne leur appartient pas. L'État et les communes ne peuvent offrir l'occasion de mettre en pratique sa formation civique que dans un domaine, encore une fois, strictement politique: les parlements communaux de jeunes, par exemple. Donc en mettant "offrent l'occasion de mettre en pratique leur formation civique", on reste strictement dans le domaine politique, alors que l'article voulait inciter les jeunes à toute forme de participation à la vie de la collectivité. Je vais donc déposer un amendement pour le retour au texte tel que nous l'avions voté.

F Jean-François LEUBA

Je vous remercie, Mme Bielman, de déposer un amendement, mais pourrais-je vous demander, pour la suite, de nous annoncer à l'avance vos amendements, de manière à ce qu'on ait au moins les amendements quand on aborde le chapitre. La discussion est ouverte sur cet amendement. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Je suis un petit peu navrée de penser que Mme Bielman ne se retrouve pas dans nos propos. Nous avons dû transformer quand même cette phrase un tout petit peu étrange, "en favorisant diverses formes d'expérience participative". On ne voyait pas très bien où on voulait en venir avec cette phrase. Nous avons utilisé une phrase qui permet de tout faire, c'est-à-dire aussi bien des parlements de jeunes que des conseils de classe, que toute autre chose. L'État peut mettre en place quantité de choses, il suffit de lire le catalogue des tâches de l'État pour s'en convaincre. Nous n'avons donc pas du tout une vision restrictive, mais nous avons voulu utiliser une formulation qui soit, disons meilleure ou plus convaincante que celle qui existait dans l'article tel qu'issu de nos débats.

F Jean-François LEUBA

Merci. Quelqu'un souhaite-t-il encore s'exprimer à ce sujet ? Ce n'est pas le cas, nous allons donc voter, mais j'ai des difficultés parce que le texte ne peut pas être projeté. Ah, il est déjà projeté, c'est fantastique ! Nous avons donc un amendement Bielman que j'oppose au texte de la commission de rédaction pour l'article 86. Celles et ceux d'entre vous qui sont favorables à l'amendement Bielman sont priés de le témoigner en levant la main. Il faut compter. Ceux qui sont favorables au texte de la commission de rédaction le témoignent en levant la main. Vous avez adopté l'amendement Bielman, retour au texte d'origine, par 51 voix contre 47. Décision article 86: l’amendement Bielman est accepté; l’article revient à sa version d’origine. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer sur le chapitre 4, titre 4 ? Ce n'est pas le cas. Est-ce que quelqu'un s'oppose à l'adoption de ce chapitre ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 4 du titre IV est adopté. Titre V Autorités cantonales ¨ Chapitre 1 Autorités cantonales

F Jean-François LEUBA

Nous passons dès lors au titre 5. Il faut prendre les chapitres les uns après les autres. Chapitre 1, "Dispositions générales", il n'y a pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il au chapitre 1 ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 1 du titre V est adopté. Titre V Autorités cantonales ¨ Chapitre 2 Grand Conseil Article 105 – Immunité

F Anne-Catherine LYON

La commission est d'accord avec l'amendement du groupe Radical. Nous avions voulu être plus explicites en parlant de "au sein du Grand Conseil et des commissions". Il semblerait que dans notre souci d'être explicites nous ayons passé par-dessus bord d'autres organes que les commissions. Nous sommes par conséquent d'avis d'accepter cet amendement et de dire "Les membres du Grand Conseil s'expriment au sein de celui-ci ou devant ses organes". Voilà.

F Jean-François LEUBA

Bien. Qui défend l'amendement Radical ? Vous avez accepté. Est-ce que quelqu'un s'oppose à cette correction proposée par le groupe Radical ? Ce n'est pas le cas donc l'amendement Radical est accepté. Décision article 105: l’amendement Radical est adopté ; il propose de remplacer "ou des commissions" par "ou devant ses organes" à l’al. 1. J'ai en ce qui concerne l'article 102 une proposition Gonthier, mais je pense que c'est une suggestion d'amélioration du texte qui par conséquent ne devrait pas faire l'objet d'une discussion mais être transmise directement à la commission de rédaction. Est-ce que M. Gonthier est d'accord avec cette procédure. Je crois qu'il n'y a pas de différence, c'est une correction du texte. Article 109.

F Anne-Catherine LYON

Je signale qu'à l'article 109, l'alinéa 2 a disparu lors de nos discussions de la semaine passée, sauf erreur. Nous tiendrons compte, évidemment, dans le texte mis en consultation, de la suppression de l'alinéa 2 du 109.

F Jean-François LEUBA

A l'article 109, nous avons voté la suppression de l'alinéa 2. Est-ce que quelqu'un a quelque chose à dire sur cet objet ? Ça a été fait la dernière fois ? Il n'y a plus d'amendements au chapitre 2. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer sur le chapitre 2 ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à ce chapitre ? Ce n'est pas le cas, le chapitre 2 est adopté. Le chapitre 2 du titre V est adopté. ¨ Chapitre 3 Conseil d’État Article 119 – Election du Conseil d’État

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 3, "Conseil d'État", un amendement à l'article 119. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Nous acceptons bien volontiers cet amendement qui vise à supprimer les termes "le plus de voix" qui sont dans la parenthèse. Nous avions décidé d'être symétriques en mettant "la majorité absolue de même que la majorité relative" dans le corps du texte et non pas entre parenthèses comme cela figurait dans la version telle qu'issue de nos travaux. Nous avons sauvegardé "le plus de voix" entre parenthèses, mais on peut tout à fait le tracer, me semble-t-il.

F Jean-François LEUBA

Bien. Quelqu'un s'oppose-t-il à ce que l'on biffe les mots "le plus de voix" ? Ce n'est pas le cas, l'amendement est donc accepté. Décision article 119: l’amendement Radical est accepté (Al. 2: suppression de la parenthèse) Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer sur ce chapitre 3 qui concerne le Conseil d'État ? Ce n'est pas le cas. Dès lors quelqu'un s'oppose-t-il à l'admission du chapitre 3 ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 3 du titre V est adopté. ¨ Chapitre 4 Tribunaux

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 4 qui concerne les tribunaux. Il n'y a pas de proposition d'amendement au chapitre 4. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas, par conséquent je peux mettre au vote le chapitre 4. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'acceptation du chapitre 4 ? Ce n'est pas le cas. Il est également adopté. Le chapitre 4 du titre V est adopté. Titre VI Régime des finances ¨ Chapitre 1 Règles de fonctionnement

F Jean-François LEUBA

Nous en avons terminé avec le titre 5. Nous passons au titre 6, chapitres qui concernent le régime des finances. Au chapitre 1, "Règles de fonctionnement", M. Garelli. F Stéphane GARELLI Juste une précision, une harmonisation des termes. Nous avions utilisé, pour certains d'entre nous, le terme "gouvernement et parlement". Ça a été transformé bien entendu en "Conseil d'État et Grand Conseil". Ce n'était pas le résultat d'une distraction fatale de notre part d'utiliser "gouvernement et parlement". En deuxième lecture, certains d'entre nous proposeront en tout cas de discuter, peut-être de changer ces termes. Au moment où le Canton de Vaud va s'ouvrir sur le reste du monde, on peut se poser la question si "Conseil d'État" n'envoie pas un faux message à d'autres pays et si "Grand Conseil" ne fait pas espérer à nos amis étrangers de voir venir une sorte de tribu emplumée de Vaudois [rires]. Il est évident que quand ils rencontrent des membres de notre Grand Conseil, ils ne sont pas déçus [rires], mais je crois qu'on se posera la question en deuxième lecture. Je voulais juste attirer votre attention à ce sujet.

F Jean-François LEUBA

Puisque nous parlons du Grand Conseil, vous me permettrez de profiter de l'occasion pour saluer au passage la présence à la tribune du public du président du Grand Conseil [rires] qui n'est pas encore le président du parlement, mais peut-être qu'il le deviendra. Pas d'autres interventions au chapitre 1, "Règles de fonctionnement" ? Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption, avec les réserves émises par M. Garelli ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 1 du titre VI est adopté avec la réserve concernant le choix des termes Grand Conseil et Conseil d’État (proposition Garelli: Parlement et Gouvernement). ¨ Chapitre 2 Cour des comptes

F Jean-François LEUBA

Quelqu'un demande-t-il la parole ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption de ce chapitre ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 2 du titre VI est adopté. ¨ Chapitre 3 Participations

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 3, "Participation". Pas d'amendement, pas de demande de parole, pas d'opposition – il est adopté. Le chapitre 3 du titre VI est adopté. ¨ Chapitre 4 Fiscalité et péréquation intercommunale Article 151 – Fiscalité

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 4 et là nous avons des amendements. Au 151 j'ai d'abord un amendement du groupe Radical qui souhaite la reprise de la version votée par l'Assemblée. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Il s'agit de notre transformation ou interprétation de l'alinéa 2. Nous avons peut-être considéré de manière hâtive – mais je vais vous expliquer notre raisonnement – que le régime fiscal et la notion d'impôt étaient la même chose, raison pour laquelle nous avons mis "le régime fiscal respecte les principes d'universalité, de l'égalité de traitement et de la capacité contributive", pensant qu'il s'agissait à chaque fois du même objet. Or, comme va l'indiquer M. Buhlmann, sauf erreur, les deux premiers principes – universalité et égalité de traitement – ne concernent que le régime fiscal au sens de "impôts et taxes" et "capacité contributive" est relative à l'impôt. Je vous laisse peut-être expliquer de manière plus détaillée ce qu'il en est. Si tel est le cas, nous nous rallierons évidemment à votre amendement.

F Jean-François LEUBA

Si la commission de rédaction se rallie, il n'y a pas de développement, à moins que quelqu'un ne s'oppose à la solution proposée par le groupe Radical. Cela ne paraît pas le cas. La solution est adoptée pour le premier amendement. Nous avons un deuxième amendement qui est beaucoup plus simple, il s'agit de faire subdiviser en deux le deuxième alinéa. "Le régime fiscal respecte de l'universalité et de l'égalité de l'impôt". Alinéa suivant: "La fraude fiscale est poursuivie" et puis un troisième alinéa: "L'impôt respecte en outre le principe de la capacité contributive". Non, non, dit la secrétaire, comme c'est à l'écran, alors suivez le texte de la secrétaire !

F Anne-Catherine LYON

La commission de rédaction peut tout à fait se rallier à cette proposition de subdiviser l'alinéa 2. Nous avons toujours essayé de ne conserver qu'une seule idée par alinéa. On n'y arrive pas toujours, mais cela va tout à fait dans la logique que nous avons adoptée pour nos travaux.

F Jean-François LEUBA

La discussion est ouverte sur ce deuxième amendement qui est admis. A première vue, la parole n'est pas demandée. Y a-t-il quelqu'un qui s'oppose à cet amendement ? M. Goël. F Yves GOEL Je ne suis pas d'accord, enfin je me pose la question, on a bien réfléchi en commission, il me semble que la fraude fiscale n'est pas mal à sa place dans l'alinéa 2, avec le régime fiscal, l'égalité de traitement et la capacité contributive, là on est dans une unité de sujet. Pourquoi faire un troisième alinéa, un alinéa supplémentaire uniquement pour la fraude fiscale ? Je ne suis pas bien persuadé, je n'en comprends même pas bien l'utilité. Si quelqu'un arrive à me persuader, je suivrai volontiers.

F Jean-François LEUBA

Alors M. Buhlmann, vous aurez quand même la parole. F Gérard BUHLMANN Volontiers. Tout l'article parle de la fiscalité, c'est-à-dire son titre. Par contre, est-ce qu'il y a unité de matière entre dire que le régime fiscal respecte certains principes et que la fraude fiscale est poursuivie ? A mon avis, je ne la vois pas spécifiquement. Il n'y a pas plus unité de matière avec le principe suivant qui parle de la progression à froid, mais ce n'est pas dramatique. Il me semblait plus clair de faire deux alinéas de l'alinéa 2, je maintiens donc ma proposition mais si vous la refusez, je ne vais pas passer une mauvaise soirée pour autant.

F Jean-François LEUBA

Moi j'aimerais bien passer surtout la soirée [rires]. M. Goël s'oppose-t-il ? M. Goël retire sa proposition. Quelqu'un s'oppose-t-il à la proposition de faire des alinéas différents ? Personne. Dans ces conditions, cette proposition est aussi acceptée. Décision article 151: les amendements du Groupe Radical sont acceptés (Al. 2: reprise de la version votée par l'Assemblée) Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer encore sur le chapitre 4, "Fiscalité et péréquation intercommunale" ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il au chapitre dans son entier ? Ce n'est pas le cas, le chapitre 4 est adopté. Le chapitre 4 du titre VI est adopté. Titre VII Communes et districts ¨ Chapitre 1 Communes Article 157 – Surveillance par l’État

F Anne-Catherine LYON

Lorsque nous avons rédigé cet article, nous nous sommes basés sur l'article 128 puisque nous avions toute la matière sur laquelle travailler. L'article 128, qui se trouve dans les compétences du Conseil d'État, utilise cette formule – avec un autre sujet au début de la phrase, mais c'est la même formule – et nous avons en quelque sorte recopié, pour qu'il y ait une unité entre l'article 128 et cet article 157. Je vous propose de suivre la proposition de la commission de rédaction. F Jacques HALDY Si nous intervenons à propos de cet article, c'est que le sens de l'article 157 de la commission de rédaction n'est pas le même. En effet, dans l'ancienne formule, on disait clairement que les communes exerçaient leurs activités dans le respect du droit. Ça a été mis ailleurs, ce qui signifie que l'État exerce un contrôle de légalité – non pas de l'égalité – et non pas un contrôle d'opportunité, alors que la formule de la commission de rédaction, qui dit "Les communes sont soumises à la surveillance de la loi conformément à la loi" donne au fond au législateur le soin de déterminer s'il y a contrôle de légalité ou d'opportunité. Le sens n'est donc pas le même. Dès lors, le groupe Libéral, conformément à ce qui a été prévu, demande que l'on prenne le même sens que celui qui a été discuté et adopté en séance plénière.

F Jean-François LEUBA

La discussion est ouverte. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

A la lumière des explications de M. Haldy, effectivement, et compte tenu de l'ancienne formule, nous pouvons accepter l'amendement mais je souhaite que nous gardions en mémoire qu'il y aura un problème par rapport à l'article 128, dont la teneur n'est pas la même.

F Jean-François LEUBA

Merci à Mme Lyon. Il faut surtout qu'elle le note dans les préoccupations de la commission de rédaction pour la deuxième lecture. La discussion est-elle encore utilisée ? Ce n'est pas le cas. Il y a concordance avec la proposition de la commission de rédaction, je considère par conséquent que l'amendement est admis, on revient au texte original. Pardon ! Non, on revient à l'amendement du groupe Libéral. Décision article 157: l’amendement Libéral est accepté. La formulation de l’article est ainsi la suivante « L'État contrôle que les communes exercent leurs activités conformément à la loi.» Article 163 – Composition du conseil général

F Anne-Catherine LYON

La commission de rédaction a décidé d'appliquer le principe de la séparation des pouvoirs aussi aux Conseils généraux. Il faut donc que vous regardiez à la fois l'article 153 et surtout la teneur de l'article 160. Notre commission souhaite que toutes ces incompatibilités de fonction concernent également les Conseils généraux. J'ai regardé la loi sur les communes tout à l'heure. En effet, pour le moment il y a une sorte de coulage ou de souplesse assez importante, où on voit les membres de l'exécutif participer aussi au corps délibérant [intervention hors micro non identifiée]. Je suis d'accord avec vous, mais je décrivais ce que j'avais vu dans la loi sur les communes. Nous pensons que non seulement cela doit cesser – le parti Libéral aussi puisqu'il est d'accord de garder le premier alinéa –, mais nous voulions étendre ces incompatibilités en disant que les hauts fonctionnaires, les hauts employés communaux – on peut penser au secrétaire municipal ou au boursier communal – vu leur degré de fonction, ne peuvent pas siéger au sein du Conseil général, de même qu'ils ne le pourraient pas dans un Conseil communal. C'est le sens de notre proposition, d'être rigoureux sur la séparation des pouvoirs. Pour être conforme à ce que nous avons décidé pour les Conseils communaux et pour le Grand Conseil, le parti Libéral souhaite introduire une certaine souplesse ici. F Jacques HALDY Je crois que ce que nous avons décidé en plénum, c'était bien que la séparation des pouvoirs doit certes s'appliquer, mais pas aux employés supérieurs. Cela dit, je crois que l'amendement Libéral correspond à la décision du plénum et que pour cette raison-là il y a lieu de le suivre. Je suis dans une position un peu paradoxale puisque vous connaissez mon caractère doctrinaire et sectaire au sujet de la séparation des pouvoirs et c'est vrai que là, je demande une souplesse qui me paraît justifiée sur le fond pour le Conseil général. Il me paraît quand même que les employés communaux, même supérieurs, doivent pouvoir faire partie d'un Conseil général. Je vous remercie.

F Jean-François LEUBA

Je remercie M. Haldy. La discussion est ouverte. Elle n'est pas utilisée. Nous allons donc voter entre l'amendement du groupe Libéral qui limite l'incompatibilité au premier alinéa, c'est-à-dire aux autorités exécutives, et le texte de la commission de rédaction qui veut l'étendre aux employés communaux. Je demande aux scrutateurs de se préparer à officier. Celles et ceux d'entre vous qui soutiennent l'amendement du groupe Libéral sont priés de le témoigner en levant la main. Il faut compter. Celles et ceux qui sont pour le texte de la commission sont priés de le témoigner en levant la main. Décision article 163: l'amendement du groupe Libéral est adopté par 65 voix contre 34. Est ainsi ajouté à la 2 e phrase: « L'article 160 alinéa 1 est réservé. » Article 172 – Principes (Fusion de communes)

F Jean-François LEUBA

Je viens de recevoir un nouvel amendement concernant l'article 172, amendement de M. Ostermann qui propose de revenir au texte d'origine. Je laisse quand même quelques secondes à la présidente de la commission de rédaction pour qu'elle puisse voir en quoi la modification est contestée, mais peut-être faut-il demander d'abord à M. Ostermann.

F Anne-Catherine LYON

Nous en avons parlé avec M. Ostermann. Il n'y a pas d'inconvénient à revenir au texte antérieur. Nous avions voulu utiliser une formule qui soit plus légère, pour essayer de prendre un singulier, étant sous-entendu que c'est le corps électoral de chacune des communes qui va se prononcer. M. Ostermann craint que soudain on considère que le corps électoral de toutes ces communes n'en forme plus qu'un seul au moment du vote. Sa crainte me paraît infondée, mais si on veut être ultra-précis pour la consultation, je ne vois pas d'inconvénient à ce que nous revenions, pour l'alinéa 2, au texte antérieur. En revanche, je pense qu'il faut quand même garder dans l'alinéa 1 "L'État encourage" et non pas "Le Canton", donc ne pas totalement revenir à l'ancienne formule, mais être ultra-précis, par crainte peut-être que cela se passe différemment de ce que nous avions sous-entendu dans notre texte.

F Jean-François LEUBA

Si je comprends bien, en ce qui concerne la précision, l'amendement de M. Ostermann ne concerne que l'alinéa 2 et pas l'alinéa 1, et la commission de rédaction se rallie à la proposition de M. Ostermann s'agissant de l'alinéa 2. Est-ce que quelqu'un maintient la proposition de la commission de rédaction en ce qui concerne l'alinéa 2 ? Nous allons voter. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Nous opposons la proposition Ostermann au texte de la commission de rédaction. Celles et ceux d'entre vous qui soutiennent la proposition Ostermann sont priés de le témoigner en levant la main. Ça me paraît une majorité évidente. Avis contraires ? Décision article 172: à une majorité évidente, la proposition Ostermann est acceptée ; la formulation de l’al. 2 reste celle adoptée par l’Assemblée, soit « Aucune fusion ne peut intervenir sans le consentement des corps électoraux concernés. » Je crois qu'en ce qui concerne ce chapitre nous sommes au bout des amendements. Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer sur le chapitre 1, "Communes" ? M. Gonthier. Article 160 – Incompatibilités F Alain GONTHIER Etant parfois un peu lent, j'aimerais revenir sur le problème qu'on vient de voter tout à l'heure avec les articles 160 et [brouhaha]... pour une raison simple. A l'article 158, on définit "Chaque commune est dotée d'un Conseil communal ou général qui est l'autorité délibérante". A l'article 160, on dit "Les employés supérieurs de l'administration communale ne peuvent pas être membres de l'organe délibérant". Non ! L'article 160, on ne l'a pas changé ! On a changé l'article 160 je ne sais plus combien. Est-ce qu'on peut dire, par une incise dans un article, qu'on ne tient pas compte d'un article existant ? La précision du parti Libéral n'annule pas l'article 160. On ne peut pas dire qu'on ne tient compte que d'une partie de l'article 160. Il me semble qu'il y a une contradiction qu'on a introduite avec cet amendement, à moins que vous ne fassiez un amendement qui dit que les employés supérieurs de communes à Conseil général ne sont pas des employés supérieurs, mais ça me semble aussi une difficulté logique.

F Jean-François LEUBA

Bien, il y a apparemment effectivement un petit problème. Mme Lyon.

F Anne-Catherine LYON

Je crois qu'en effet il y a une petite contradiction que vous avez soulevée, donc je m'engage avec ma commission à résoudre cette contradiction pour que nous soyons en conformité avec l'amendement que nous avons accepté tout à l'heure. F Fabien LOI ZEDDA Ça n'est pas – je m'excuse, cher ami Haldy – la seule contradiction que le vote de tout à l'heure a peut-être induite. Je m'interroge brièvement en attirant votre attention sur le fait que, sans faire exprès, on s'est prononcé sur le fond et pas sur la forme. D'une part, par le vote de tout à l'heure – serait-ce plus pernicieux qu'il n'y paraît –, vous avez admis ce que vous refusez au plan cantonal. Ça veut dire que vous avez peut-être introduit, sans vous en rendre compte, une discrépance en autorisant aux uns à un étage, ce que vous interdisez aux autres à un autre étage. Or je vous rappelle que ce qui avait dicté nos discussions pour l'adoption, c'était qu'un fonctionnaire ayant un certain niveau – et donc des budgets en responsabilité – ne puisse pas intervenir au titre de représentant dans un législatif sur ces mêmes budgets. Je fais la déclaration de mes intérêts et je trouve parfaitement normal que je ne puisse pas être candidat et siéger dans le législatif cantonal du moment que j'ai des unités budgétaires en responsabilité. Et c'est bien ce qui arrive, Mesdames et Messieurs, à des chefs de service communaux. Or là, avec l'amendement de tout à l'heure que vous avez accepté, sur le fond, nous avons glissé et autorisés peut-être, sans nous en rendre compte, des fonctionnaires communaux importants à se prononcer.

F Jean-François LEUBA

Bien. La parole est à M. Haldy. Mais nous rediscutons d'un article que nous venons de voter. Théoriquement, la procédure voudrait d'abord qu'on décide si oui ou non on est d'accord de rediscuter de cet article dans le débat que nous avons maintenant ou si nous renvoyons la solution de cette difficulté au deuxième débat, parce que ça pose quand même un problème si on revient sans vote préalable sur les votations qui sont intervenues, à première vue, régulièrement. M. Haldy a quand même la parole. F Jacques HALDY Juste pour répondre à mon ami Loi Zedda que ça concerne le Conseil général, pas le Conseil communal. On n'introduit pas de discrépance puisque les employés supérieurs ne pourront pas faire partie d'un Conseil communal. En revanche, le Conseil général qui est composé de tous les citoyens, lui, peut comprendre les employés, même supérieurs, et c'est conforme à ce que nous avons voté.

F Jean-François LEUBA

Il semblerait que Mme Lyon a une solution pour résoudre ce problème. Mme Lyon a la parole.

F Anne-Catherine LYON

Par rapport à la contradiction relevée par M. Gonthier, je propose qu'à l'article 160, alinéa 2, nous commencions cet alinéa en mettant "Dans les communes à Conseil communal, les employés supérieurs de l'administration communale ne peuvent pas être membres de l'organe délibérant", donc de spécifier qu'on est dans ce contexte.

F Jean-François LEUBA

Je pars de l'idée que c'est un amendement de la commission de rédaction maintenant. Je crois que l'intention est bonne, c'est d'éviter la contradiction relevée à juste titre par M. Gonthier, je tiens à le souligner. Est-ce que quelqu'un s'oppose à ce que nous fassions cette correction, qui évitera qu'on nous signale la contradiction vingt fois dans la consultation ? Ce n'est pas le cas, personne ne s'y oppose, donc la correction proposée par la commission de rédaction à l'article 160, alinéa 2, est admise. Décision article 160: la correction proposée par la commission de rédaction sur intervention Gonthier à l'article 160, alinéa 2, est admise ; le texte est ainsi « 2 Dans les communes à conseil communal, les employés supérieurs de l'administration communale ne peuvent pas être membres de l'organe délibérant. ». Est-ce que quelqu'un souhaite encore s'exprimer sur ce chapitre 1, "Communes" ? Ce n'est pas le cas. Est-ce que quelqu'un s'oppose à l'adoption de ce chapitre 1 du Titre 7 ? Ce n'est pas le cas. Il est adopté. Le chapitre 1 du titre VII est adopté. ¨ Chapitre 2 Collaborations intercommunales et agglomérations

F Jean-François LEUBA

Chapitre 2 du titre 7, je n'ai pas de proposition d'amendement. Quelqu'un souhaite-t- il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption de ce chapitre 2 ? Ce n'est pas le cas. Il est adopté. Le chapitre 2 du titre VII est adopté. ¨ Chapitre 3 Districts

F Jean-François LEUBA

Nous passons au chapitre 3, "Districts". Je n'ai pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer sur ce chapitre 3 ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à ce chapitre 3 ? Ce n'est pas le cas. Il est donc adopté. Le chapitre 3 du titre VII est adopté. Titre VIII Autres institutions ¨ Chapitre 1 Eglises et communautés religieuses

F Jean-François LEUBA

Nous passons au titre 8, "Autres institutions". Chapitre 1, "Eglises et communautés religieuses". Pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il à l'adoption ? Ce n'est pas le cas, il est adopté. Le chapitre 1 du titre VIII est adopté. ¨ Chapitre 2 Vie associative et bénévolat

F Jean-François LEUBA

Chapitre 2, "Vie associative et bénévolat", pas de proposition d'amendement. Quelqu'un s'oppose-t-il à ce chapitre ? Ce n'est pas le cas. Il est adopté. Le chapitre 2 du titre VIII est adopté. Titre IX Révision de la Constitution

F Jean-François LEUBA

Titre 9, "Révision de la Constitution". Pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer, compte tenu du fait qu'on tiendra compte des remarques de M. Kulling qui s'appliquaient aux deux titres ? Personne ne désire s'exprimer. Quelqu'un s'oppose-t-il ? Ce n'est pas le cas, le titre 9 est adopté. Le titre IX est adopté. Titre X Dispositions transitoires et finales

F Jean-François LEUBA

Nous passons aux dispositions transitoires et finales. Je n'ai pas d'amendement. Quelqu'un souhaite-t-il s'exprimer ? Ce n'est pas le cas. Quelqu'un s'oppose-t-il ? Ce n'est pas le cas non plus. Il est donc adopté. Le titre X est adopté. Mesdames et Messieurs, nous arrivons ainsi au bout. Je tiens à remercier la commission de rédaction du travail important qu'elle a accompli et je crois qui améliore considérablement – mais avec votre aide puisque vous avez de temps en temps corrigé la commission de rédaction – le texte original que nous avions mis sur pied. Avant-projet de Constitution – Vote d’ensemble Nous devons encore procéder au vote sur l'ensemble, comme je l'ai promis à M. Renaud ce matin. Je rappelle encore une fois que ce vote ne signifie pas l'adhésion au projet de Constitution, mais simplement que nous avons accompli la mission qui nous était confiée, c'est-à-dire de soumettre un texte corrigé par la commission de rédaction à la consultation qui commencera dès le 20 juin. Est-ce que quelqu'un souhaite s'exprimer de manière générale sur la Constitution ? Nous n'en sommes pas encore aux divers, hélas, nous sommes encore au chiffre 6 de notre ordre du jour. Si personne ne souhaite s'exprimer, nous allons passer au vote. Je vous propose néanmoins que l'on compte cette fois, quel que soit le résultat. Celles et ceux d'entre vous qui sont d'accord avec le texte qui a été proposé, avec le sens exact que nous donnons à ce vote, sont priés de le témoigner en levant la main. On compte. Avis contraires ? Pas d'avis contraires. Abstentions ? Pas d'abstentions, ah, pardon ! Mme Jomini, je ne peux pas voir ! Je donne le résultat du vote: par 110 voix sans opposition et avec une abstention, vous avez admis que nous avions terminé le texte en vue de la consultation [applaudissements]. L’Assemblée accepte de mettre en consultation le texte de l’avant-projet tel qu’adopté chapitre par chapitre ce jour par 110 voix sans opposition et avec une abstention. Mesdames et Messieurs les constituants, nous mettons effectivement un terme – et vos applaudissements l'ont souligné – à un travail qui était important. Je tiens à souligner, à l'égard du peuple vaudois, l'importance du travail que vous avez accompli et l'effort que vous avez fait pour arriver à tenir les délais – que le Comité vous a imposés sans doute, mais qui étaient nécessaires pour qu'on puisse avancer dans le projet de Constitution – et nous en sommes extrêmement satisfaits. Je tiens à vous réitérer les remerciements et je crois que le peuple vaudois peut aussi vous remercier d'avoir fait ce travail.

top


La séance est levée et la session close à 12 h 40.


Mise en page Dominique Renaud


A vu  bu000204.htm   27.10.2000 Révision : 31 janvier 2003

© 1999 — OptWare CH

Envoyer un email au Webmaster OptWare CH GDR Concept Le rubban bleu pour la liberté d'expression!